Attractivité

06 septembre 2016

Universités & Territoires n° 112 - Cultiver son attractivité et renforcer l’impact de l’internationalisation

Universités & TerritoiresUniversités & Territoires est une lettre électronique qui existe depuis juin 2003. L’objectif de la lettre est de montrer, par la valorisation d’actions et d’expériences emblématiques et remarquables, aux décideurs territoriaux que l’Université joue un rôle centrale dans l’émergence d’une société de la connaissance. Universités & Territoires n° 112.

Cultiver son attractivité et renforcer l’impact de l’internationalisation - Universités & Territoires n° 112
La dernière table ronde, animée par François Rio, délégué général de l’AVUF, était présidée par Thierry Valentin, directeur général adjoint de Campus France. Elle réunissait Romain Bost, vice-président de Roannais Agglomération, Morgane Dilosquer, de l’association des Chercheurs Etrangers de Nantes et Michael Krajecki, directeur du CReSTIC Reims. Voir la suite dans Universités & Territoires n°112 (Format PDF).

Posté par pcassuto à 01:06 - - Permalien [#]


Universités & Territoires n° 112 - Penser l’enseignement supérieur comme un élément d’attractivité de nos territoires

Universités & TerritoiresUniversités & Territoires est une lettre électronique qui existe depuis juin 2003. L’objectif de la lettre est de montrer, par la valorisation d’actions et d’expériences emblématiques et remarquables, aux décideurs territoriaux que l’Université joue un rôle centrale dans l’émergence d’une société de la connaissance. Universités & Territoires n° 112.

Penser l’enseignement supérieur comme un élément d’attractivité de nos territoires - Universités & Territoires n° 112
L’introduction de la deuxième journée du colloque revenait naturellement à la présidente de l’AVUF, Catherine Vautrin, députéeprésidente de Reims Métropole. Voir la suite dans Universités & Territoires n°112 (Format PDF).

Posté par pcassuto à 01:01 - - Permalien [#]

Universités & Territoires n° 112 - Les facteurs d’attractivité des villes universitaires - Atouts et faiblesses

Universités & TerritoiresUniversités & Territoires est une lettre électronique qui existe depuis juin 2003. L’objectif de la lettre est de montrer, par la valorisation d’actions et d’expériences emblématiques et remarquables, aux décideurs territoriaux que l’Université joue un rôle centrale dans l’émergence d’une société de la connaissance. Universités & Territoires n° 112.

Les facteurs d’attractivité des villes universitaires - Atouts et faiblesses - Universités & Territoires n° 112
Animée par Marie-Caroline Missir, directrice de la rédaction de l’Étudiant, et présidée par Gilles Craspay, au titre de Villes de France, cette seconde table ronde de la journée réunissait Khaled Bouabdallah, président de la ComUE Université de Lyon et vice-président de la CPU, Anthony Mauvais, directeur de la Fondation Nationale Alfred Kastler, Romain Pierronnet, conseiller communautaire du Grand Nancy en charge de la vie étudiante et Alexandra Willaume Albertini, adjointe au maire de Corte. Voir la suite dans Universités & Territoires n°112 (Format PDF).

Posté par pcassuto à 00:58 - - Permalien [#]

04 juin 2016

Universités & Territoires n° 111 - Internationalisation de l’ESR et attractivité des villes universitaire

Universités & TerritoiresUniversités & Territoires est une lettre électronique qui existe depuis juin 2003. L’objectif de la lettre est de montrer, par la valorisation d’actions et d’expériences emblématiques et remarquables, aux décideurs territoriaux que l’Université joue un rôle centrale dans l’émergence d’une société de la connaissance. Universités & Territoires n°111.

Internationalisation de l’ESR et attractivité des villes universitaire - Universités & Territoires n°111
L’association des Villes Universitaires de France (AVUF), Ville de France, la Conférence des Présidents d’Université (CPU) et Campus France organisent un colloque - les 9 et 10 juin 2016 à Corte - sur le thème des effets de la mondialisation de l’enseignement supérieur pour l’attractivité des territoires.
L’internationalisation de l’enseignement supérieur est bien une réalité en marche, qui porte à la fois sur les effectifs d’étudiants, mais aussi sur la concurrence « des cerveaux ». Un phénomène qui se massifie à vive allure et qui fait du secteur de l’ESR une branche économique à part entière en tant que telle au Royaume Uni ou en Australie, respectivement deuxième et cinquième nations bénéficiaires de la mobilité universitaire internationale. Voir la suite dans Universités & Territoires n°111 (Format PDF).

Posté par pcassuto à 23:31 - - Permalien [#]

09 mai 2016

Un budget fédéral qui investit dans le capital humain

Résultat de recherche d'images pour "univcan.ca"Chaque année au printemps, des groupes d’étudiants enthousiastes du secondaire visitent le campus de la Mount Allison University durant la semaine de relâche en mars. Ils prennent le pouls de l’endroit, s’imaginent dans nos laboratoires et nos salles de classe et rêvent d’un avenir prometteur. Voir l'article...

Posté par pcassuto à 17:44 - - Permalien [#]


22 décembre 2015

International : les grandes écoles de plus en plus attractives

http://www.headway-advisory.com/blog/wp-content/themes/headway/images/logo.jpgBlog Headway - Olivier Rollot. Comme tous les eux ans la Conférence des grandes écoles vient de livrer les conclusions de son Enquête mobilité. Et le moins qu’on puisse dire c’est que l’évolution est forte : le nombre d’étudiants internationaux dans les grandes écoles a augmenté de 21% en deux ans pour atteindre 23% des effectifs (19,7% dans les écoles d’ingénieurs et 28% dans les écoles de management, tous programmes confondus). Suite...

Posté par pcassuto à 23:31 - - Permalien [#]

14 juin 2014

Etre attractif, c’est productif

http://www.emploiparlonsnet.fr/sites/all/themes/pole_emploi/images/head2.jpgPar Marie-Laure Cittanova – Slate.fr. La France est l’un des pays qui attire le plus les investissements étrangers, générateurs d’emplois et de richesse. Mais elle perd du terrain et les pouvoirs publics tentent de relancer la machine.
Pour relancer la machine économique, on peut certes compter sur ses propres forces. Mais on peut aussi attirer des investisseurs qui créeront sur le territoire national des usines, des centres de décision ou des centres de recherche. Autant d’implantations capables de créer des emplois. Voir l'article...

Posté par pcassuto à 11:36 - - Permalien [#]

13 juin 2014

Etudier en France

Logo AmueSelon le rapport publié dernièrement par l’UNESCO, la France est le 3e pays le plus attractif pour les étudiants étrangers pour l’année 2012, avec 271 399 étudiants accueillis. Elle se situe derrière les Etats-Unis et le Royaume-Uni et devant l’Australie puis l’Allemagne, la Russie, le Canada et le Japon. Les étudiants étrangers représentent 12 % du total des étudiants et 42 % des doctorants des étudiants étrangers. Ils sont 74,7 % inscrits à l’université (45 % en licence, 43 % en master, 12 % en doctorat).

En savoir + > Attractivité des campus français

Posté par pcassuto à 00:56 - - Permalien [#]

04 mai 2014

Étude comparative sur l’attractivité de l’enseignement supérieur en Allemagne, Chine, Espagne, Italie et Royaume-Uni

La Note Campus France n°43 est une restitution synthétique de l’étude comparative sur l’attractivité de l’enseignement supérieur : analyse de la concurrence des positions respectives de nos partenaires européens et de la Chine. Cette étude a été réalisée par Campus France au 1er semestre 2012 à la demande du ministère des Affaires étrangères. Elle a pour ambition de comparer les différentes stratégies mises en place par l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie, le Royaume-Uni et la Chine pour internationaliser leur enseignement supérieur et attirer des étudiants internationaux. En mettant en avant les caractéristiques et les enjeux des politiques d’attractivité de ces pays, l’étude apporte des pistes pour le débat français.
Cette Note présente dans une synthèse par pays les politiques publiques et institutionnelles, les initiatives des établissements supérieurs et l’action des agences nationales dédiées à la promotion de l’enseignement supérieur. Elle expose ensuite les quatre stratégies d’internationalisation de l’enseignement supérieur développées par l’organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Enfin, les informations développées pour chaque pays sont synthétisées dans des tableaux comparatifs.
Avant-Propos
La mobilité internationale étudiante est un phénomène de grande ampleur qui s’est accentué dans les années 1990 avec la mondialisation des économies et des sociétés.
Objet d’une compétition à l’échelle mondiale, l’attractivité des étudiants internationaux est un des piliers de la politique d’influence de pays comme les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie, l’Allemagne sans oublier la France. De nouveaux acteurs s’affirment sur la scène internationale de l’enseignement supérieur. Les pays émergents, à l’instar de la Chine, font de l’éducation et de la recherche une priorité nationale et ambitionnent à leur tour d’établir des universités de rang mondial et d’attirer les talents étrangers.
Parmi les cinq pays qui font l’objet de cette étude, le Royaume-Uni et l’Allemagne sont historiquement de grands pays d’accueil qui ont développé une stratégie globale d’attractivité faisant ses preuves. L’Espagne et l’Italie ont récemment initié une stratégie de promotion plus active en se dotant d’une agence de promotion de leur enseignement supérieur à l’étranger inspirée par leurs homologues européens, en particulier Campus France.
La Chine affiche depuis peu des ambitions fortes en matière d’internationalisation de son enseignement supérieur, ayant prévu de devenir d’ici 2015 un des premiers pays d’accueil des étudiants internationaux dans le monde. Télécharger la Note 43 - Étude comparative sur l'attractivité de l'enseignement supérieur en Allemagne, Chine, Espagne, Italie et Royaume-Uni.

Posté par pcassuto à 10:17 - - Permalien [#]

Image et attractivité de la France auprès des étudiants étrangers - principaux résultats du baromètre Campus France

En 2013, la France a accueilli plus de 289 000 étudiants étrangers. Afin de mieux cerner leurs attentes, leurs motivations à venir en France et leurs différents niveaux de satisfaction, Campus France les a interrogé à nouveau. Deux ans après sa première étude, Campus France publie son nouveau baromètre sur l’image et l’attractivité de la France auprès des étudiants étrangers, réalisé par TNS Sofres.
Cette année encore, près de 20 000 étudiants à travers le monde ont accepté de répondre, notamment grâce à l’aide apportée par les établissements d’enseignement supérieur français, membres du Forum, et les Espaces Campus France dans la diffusion de l’enquête. Grâce à cette très forte participation et une répartition géographique représentative, il est possible d’effectuer des analyses approfondies sur les grandes zones géographiques et sur les principaux pays d’origine des étudiants. Cette étude apporte aussi de nouveaux éléments de réponses à certaines questions comme l’impact qu’a pu avoir la «  circulaire Guéant  » ou l’importance de l’accueil des Français pour les étudiants étrangers. Que cherchent les étudiants internationaux ? Comment la France se positionne-t-elle face à ses concurrents ? Quels sont ses atouts et handicaps ? Quel rôle joue la langue française dans le choix de la France comme destination d’études ? Quel est le vécu de ces étudiants qui ont choisi la France ? Quel bilan tirent-ils de cette expérience et quels bénéfices, notamment professionnels, en retirent-ils ? Enfin, quels liens conservent-ils avec la France et deviennent-ils des prescripteurs du pays pour les générations d’étudiants suivantes ? Les réponses à ces questions sont autant de clefs permettant d’identifier les leviers pour renforcer l’attractivité de la France comme destination pour les études supérieures.
Les grandes tendances : 9 étudiants étrangers sur 10 recommandent la France comme destination d’études
La France reste une destination attractive : 91 % des étudiants étrangers ayant choisi la France la recommanderaient comme destination d’études. Ce chiffre est confirmé par les anciens étudiants (89 %) et par les étudiants en cours de cursus (87 %).
Ce choix s’est fait dans le cadre d’une plus forte mise en concurrence : 45 % (+5 points vs. 2011) des étudiants ayant choisi la France déclarent avoir hésité avec un autre pays.
Les étudiants interrogés souhaitent étudier à l’étranger pour :
- Obtenir un diplôme internationalement reconnu : 37 % ;
- Acquérir une expérience internationale : 34  % ;
- Bénéficier de meilleur es conditions d’enseignement : 32 % ;
- Vivre une expérience personnelle enrichis - sante : 32 %.
Les principales raisons du choix de la France restent :
- La qualité de la formation : 51 % (+6 points vs. 2011) ;
- La connaissance de la langue française : 42 % ;
- La réputation des établissements ou des enseignants en France : 37 % (+6 points vs. 2011) ;
- La valeur des diplômes : 35 % ;
- L’intérêt culturel de la France : 35 %.
91  % des étudiants reconnaissent à la France un grand rayonnement culturel et artistique , 88 % d’entre eux affirme qu’elle bénéficie d’une histoire prestigieuse et dispose d’un grand rayonnement intellectuel et scientifique.
Parmi les atouts généralement attribués figurent :
- La valeur de ses diplômes (cohorte 1 : 87 %, cohortes 2 et 3 : 88  %) ;
- La qualité de son enseignement (cohorte 1 : 83 %, cohortes 2 et 3 : 86 %) ;
- La qualité de ses méthodes d’enseignement (cohorte 1 : 78 %, cohortes 2 et 3 : 80 %) ;
- Le coût des études (cohorte 1 : 73 %, cohortes 2 et 3 : 77  %).
L’intérêt touristique, l’art de vivre en France et les possibilités de sorties et de loisirs (avec des niveaux de satisfactions proches de ou supérieurs à 80 %), augmentent encore l’attrait de la destination. Pour les nouveaux arrivants, 74 % ont utilisé le site Campus France pour se renseigner (vs 58 % pour l’ensemble) ce qui en fait la première source devant l’entourage (47  %) et les autres sites Internet (42 %).
A l’issue de leur séjour en France 89  % des étudiants présents et 91  % de ceux ayant achevé leurs études sont satisfaits ou très satisfaits de leur séjour en France (près de la moitié sont très satisfaits).
Néanmoins, certaines critiques sont émises concernant :
- La possibilité de travailler en France à l’issue des études : 52 % d’insatisfaits ;
- Le coût du logement et l’offre de logement : 52 % et 46 % d’insatisfaits ;
- Les procédures administratives : 52 % d’insatisfaits ;
- Le coût de la vie : 47 % d’insatisfaits.
Si environ un étudiant sur trois est critique vis-à-vis de l’accueil en général des étrangers en France, ils sont 82 % à reconnaitre avoir été bien accueillis par le pays, et 86  % par leur établissement d’études. L’avis est en revanche un peu plus mitigé en ce qui concerne l’accueil réservé par les étudiants français qui a déçu près de 3 étudiants sur dix.
Bilan pour les étudiants ayant terminé leur séjour :
94 % estiment que leurs études en France ont été pour eux un enrichissement personnel, 86 % qu’elles ont valorisé leur cursus universitaire, 70 % qu’elles ont favorisé leur insertion professionnelle, 52 % que ce séjour est d’ores et déjà tout à fait utile dans le cadre de leur activité et 84 % qu’il le sera probablement à l’avenir.
70 % utilisent au moins de temps en temps le français comme langue de travail, 75 % avec des amis.
70 % ont un certain nombre de contacts personnels et 43 % professionnels, avec la France. On peut estimer à environ 70 % le nombre de ceux qui restent en contacts réguliers avec la France. Télécharger la note Image et attractivité de la France auprès des étudiants étrangers principaux résultats du baromètre Campus France.

Posté par pcassuto à 10:10 - - Permalien [#]