04 février 2017

Les dépenses en faveur de l’emploi et du marché du travail en 2014

La Dares vient de publier une étude sur les dépenses en faveur de l’emploi et du marché du travail. Celles-ci s’élèvent à 105 milliards d’euros en 2014, soit 4,9 points de PIB. Voir l'article...

Posté par pcassuto à 17:01 - - Permalien [#]


24 décembre 2016

L'état de l'École 2016 - La dépense d'éducation pour l'enseignement supérieur

education.gouv.frPour la vingt-sixième année consécutive, L’état de l’École réunit les indicateurs statistiques essentiels pour analyser le système éducatif français et apprécier les politiques mises en œuvre.

La dépense d'éducation pour l'enseignement supérieur
Pour l’enseignement supérieur, la collectivité nationale a dépensé 30,1 milliards d’euros en 2015. Cette dépense a été multipliée par 2,6 depuis 1980 en euros constants. La dépense moyenne par étudiant a augmenté de 40 % sur la même période et s’élève à 11 680 euros en 2015. La dépense d'éducation pour l'enseignement supérieur.

Pour l'enseignement supérieur, la collectivité nationale a dépensé 30,1 milliards d’euros en 2015. Cette dépense a été multipliée par 2,6 depuis 1980 (euros constants). La dépense moyenne par étudiant a augmenté de 40 % sur la même période et s’élève à 11 680 euros en 2015.
La collectivité nationale a consacré 30,1 milliards d’euros à l’enseignement supérieur en 2015. Depuis 1980, cette dépense a connu une forte croissance (+ 2,7 % en moyenne par an). Son poids dans la dépense intérieure d’éducation (DIE) est passé de 15,1 % en 1980 à 20,3 % en 2015 (tableau 4.1).
La progression de la DIE du supérieur, en euros constants, est contrastée dans le temps. D’abord soutenue de 1980 à 1995 avec une hausse de 4,2 % en moyenne par an, elle n’est plus que de 1,5 % par an de 1995 à 2006. Elle repart ensuite de 2006 à 2009 avec un rythme annuel moyen de 3,5 %, grâce à un effort budgétaire accru sans toutefois atteindre le niveau de progression des années 1980. Depuis 2010, elle croît plus lentement, en moyenne de 1,0 % par an et connaît même un très léger recul en 2012 (– 0,6 %).
Si sur l’ensemble de la période, la DIE au profit du supérieur a été multipliée par 2,6, la croissance de la dépense moyenne par étudiant est moins rapide, car le nombre d’inscrits dans l’enseignement supérieur double sur la période. La dépense par étudiant atteint ainsi 11 680 euros en 2015, soit 40 % de plus qu’en 1980. Dans le même temps, la dépense moyenne par élève du second degré augmentait de 65,9 %. La période 2006 – 2009, qui connaît à la fois une augmentation rapide de la DIE (voir supra) et un ralentissement de la croissance des effectifs inscrits, voit la dépense par étudiant augmenter de 3,5 % en moyenne par an. En revanche, depuis 2009, le ralentissement de la DIE conjuguée à une reprise de la hausse des effectifs se traduit par une baisse de la dépense par étudiant de 0,5 % par an.
Les coûts moyens par étudiant sont très différents selon les filières de formation (figure 4.2). Ils varient, en 2015, de 10 390 euros par an pour un étudiant d’université à 13 760 pour un étudiant de STS et 15 100 pour un élève de CPGE (classe préparatoire aux grandes écoles). Ces dépenses moyennes ont eu tendance à se rapprocher, à partir du milieu des années 2000, mais elles s’écartent à nouveau depuis 2 ans (voir méthodologie ci-contre). Le coût théorique d’un cycle de 3 ans, menant sans redoublement à une licence, est évalué à 31 160 euros en 2015, quand un cycle en 2 ans menant à un BTS reviendrait à la collectivité à 27 520 euros (tableau 4.3).
La part de l’État est prépondérante dans le financement de la DIE pour le supérieur (67,9 %), loin devant celles des collectivités territoriales (10,7 %) et des ménages (9,4 %). Certaines aides directes ou indirectes financées par l’État, et qui bénéficient aux étudiants ou à leur famille, n’apparaissent pas dans la DIE pour l’enseignement supérieur : elles sont d’ordre fiscal (majoration du quotient familial) ou non directement liées au statut étudiant (allocation logement à caractère social). Leur prise en compte (hors versements des régimes sociaux) porterait en 2015 la dépense par étudiant de 11 680 euros à 12 880 euros.
Les comparaisons internationales (qui reposent sur des données nationales pas toujours homogènes) montrent que la dépense annuelle moyenne par étudiant en France est, en 2013, un peu supérieure à celle de la moyenne des pays de l’OCDE (16 190 équivalents dollars contre 15 770).
La dépense d’éducation pour l’enseignement supérieur comprend l’ensemble des dépenses pour les établissements publics et privés de la France métropolitaine et des Dom pour l’enseignement supérieur et les activités liées : oeuvres, bibliothèques et recherche universitaires, administration, etc. (hors formation continue).
Cette dépense est évaluée chaque année par le compte de l’éducation, dont les méthodes, le champ et les concepts évoluent périodiquement. Pour permettre un suivi chronologique, les principales séries de données sont susceptibles de faire l’objet d’une rétropolation, les montants ainsi recalculés peuvent donc différer de ceux des éditions précédentes. Les montants des dépenses de la dernière année sont des montants provisoires.
La baisse de la dépense par étudiant de l’université, plus importante entre 2013 et 2014, est pour moitié due à un changement de périmètre : à partir de 2014, certains établissements dont la vocation première n’est pas l’enseignement et dans lesquels la dépense par étudiant (calculée en rapportant l’ensemble du budget aux faibles effectifs d’étudiants) est particulièrement élevée, ont été retirés du champ de l’université (comme l’institut de physique du globe, le Muséum d’histoire naturelle, etc.). Ne sont plus pris en compte non plus, les élèves des IEP et des écoles d’ingénieurs rattachés aux universités dont les budgets ne sont plus identifiables à partir du RAP 2014. La définition de l’université retenue par le compte de l’éducation est ainsi alignée sur celle des RAP. Le périmètre est inchangé entre 2014 et 2015. Il n’a pas été possible de rétropoler ce mouvement.
Pour les comparaisons internationales, sont également comptabilisées les dépenses de R&D relatives à certains organismes (ex. : CNRS). Les indicateurs internationaux sont présentés en équivalents dollars. Voir l'article...

Posté par pcassuto à 19:05 - - Permalien [#]

16 décembre 2016

Pour une majorité de Français, la baisse des dépenses publiques en matière de santé, de retraites et de sécurité...

Par Institut Montaigne. Pour plus de huit Français interrogés sur dix, la baisse des dépenses publiques en matière de santé (90%), de retraites (89%), de sécurité (89%), d’éducation (86%) et de justice (82%) ne serait pas acceptable. Voir l'article...

Posté par pcassuto à 00:30 - - Permalien [#]

12 décembre 2016

La dépense nationale pour la formation professionnelle continue et l’apprentissage en 2013

CARIF-OREF Ile de La Réunion Près de 31,2 milliards d’euros ont été consacrés aux dépenses pour la formation professionnelle continue et l’apprentissage en 2013. Cette dépense globale intègre aussi bien les coûts des formations que les dépenses de rémunération des stagiaires ainsi que les frais d’investissement. Voir l'article...

Posté par pcassuto à 22:44 - - Permalien [#]

05 décembre 2016

Les dépenses en faveur de l’emploi et du marché du travail en 2014

JPEG - 5.4 ko

Les dépenses en faveur de l’emploi et du marché du travail comprennent les dispositifs « ciblés » sur les demandeurs d’emploi et les personnes en difficulté sur le marché du travail, et les dispositifs « généraux » destinés pour l’essentiel à réduire le coût du travail pour certains secteurs, territoires et catégories de salariés. Elles s’élèvent à 105 milliards d’euros (Md€) en 2014, soit 4,9 points de PIB.
Les « dépenses ciblées » s’élèvent à 53 Md€, soit 2,5 points de PIB et poursuivent leur progression à un rythme soutenu (+3,6 % en euros constants après +4,1 % en 2013). Pour l’essentiel, cette augmentation provient de la montée en charge des emplois d’avenir. L’indemnisation du chômage constitue la principale composante des dépenses ciblées (63 %), loin devant les aides à l’emploi – principalement les contrats aidés – (15 %), la formation professionnelle des demandeurs d’emploi (12 %) et les moyens consacrés au service public de l’emploi (11 %).
Les « dépenses générales » atteignent 51 Md€ en 2014, soit 2,4 points de PIB, dont 20,8 Md€ d’allégements généraux de cotisations sociales sur les bas salaires et 18,2 Md€ de crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE). S’y ajoutent les incitations financières à l’emploi (prime pour l’emploi et RSA « activité ») et des mesures en faveur de l’emploi dans certains secteurs d’activité et zones géographiques. Les dépenses générales ont progressé de 12,1 % en euros constants par rapport à 2013. Cette forte hausse est largement imputable à la montée en charge du CICE.
À la lisière de ces politiques en faveur de l’emploi et du marché du travail, certaines dépenses sociales (minima sociaux) représentent en sus 18 Md€ en 2014.

- Dares Résultats 2016-072 - Les dépenses en faveur de l’emploi et du marché du travail en 2014

Posté par pcassuto à 17:50 - - Permalien [#]


30 novembre 2016

31,6 milliards d'euros dépensés pour la formation professionnelle en 2014

La dépense globale de la formation professionnelle, évaluée dans le jaune budgétaire, augmente légèrement en 2014 pour atteindre 31,6 miliards d’euros, alors que son rapport au PIB se stabilise à 1,5 %. Voir l'article...

Posté par pcassuto à 11:01 - - Permalien [#]

20 novembre 2016

La dépense nationale pour la formation professionnelle continue et l’apprentissage en 2013

Carif Oref Midi-PyrénéesEn 2013, la dépense nationale pour la formation professionnelle continue et l’apprentissage s’élève à 31,2 milliards d’euros. Elle est stable par rapport à 2012 (+0,1 %). Les entreprises demeurent le principal financeur avec 44,2 % de la dépense globale, suivies par les régions (14,7 %) et l’Etat (12,3 %). Par rapport à l’année précédente, la dépense des régions et des entreprises est à la hausse, respectivement +3,6 % et +0,9 %, mais elle baisse pour l’Etat (-1,8 %). Les dépenses destinées aux dispositifs ciblés sur les jeunes et en faveur des personnes en recherche d’emploi progressent respectivement de 3,4 % et 2,8 %. Celles pour les actifs occupés du secteur privé diminuent de 0,5 %. Les dépenses de l’ensemble des trois fonctions publiques pour ses agents sont en recul, avec une baisse plus prononcée pour les agents de la fonction publique d’Etat. Seule la dépense pour la fonction publique hospitalière progresse.
Dares Résultats n°2016-063, novembre 2016, 12 p.

Posté par pcassuto à 14:16 - - Permalien [#]

05 novembre 2016

La dépense nationale pour la formation professionnelle et l’apprentissage

http://www.adef06.org/resources/ARRIERE+PLAN.jpg« En 2013, dans un contexte de croissance économique modérée, la dépense nationale pour la formation professionnelle continue et l’apprentissage s’élève à 31,2 milliards d’euros. Elle est stable par rapport à 2012 (+0,1 %). Rapporté au PIB, l’effort de formation, en baisse depuis 2010, atteint 1,47 % en 2013.
Les entreprises demeurent le principal financeur (44,2 % de la dépense globale). Les régions conservent leur deuxième place (14,7 %) et l’État la troisième (12,3 %). Par rapport à l’année précédente, la dépense augmente pour les régions (+3,6 %) et les entreprises (+0,9 %) mais elle baisse pour l’État (-1,8 %).
Les dépenses destinées aux dispositifs ciblés sur les jeunes et en faveur des personnes en recherche d’emploi progressent respectivement de 3,4 % et 2,8 %. Celles pour les actifs occupés du secteur privé diminuent de 0,5 %. Les dépenses de l’ensemble des trois fonctions publiques pour ses agents sont en recul. La baisse est plus prononcée pour les agents de la fonction publique d’État. Seule la dépense pour la fonction publique hospitalière progresse… »

DARES : Résultats La dépense nationale pour la formation professionnelle continue et l’apprentissage en 2013

Accéder aux liens

CONNAITRE L’IMPACT DES NOUVEAUX DISPOSITIFS DANS VOS PRATIQUES PROFESSIONNELLES EN 2017
SAVOIR OPTIMISER LES RESSOURCES FINANCIERES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE
Programme à jour des dispositifs de la loi n° 2016-1088 du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels
PUBLICS : PROFESSIONNELS DE L’EMPLOI ET DE LA FORMATION, ORGANISMES DE FORMATION, PRESCRIPTEURS
1.       Capitaliser les savoirs sur les dispositifs de la formation professionnelle
2.       Savoir identifier les différents dispositifs de la formation professionnelle pour les mettre en pratique en fonction du statut des publics
MISE EN PRATIQUE DES RESSOURCES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE – Nouvelle session décembre 2016     

Plus d’information

Posté par pcassuto à 11:10 - - Permalien [#]

03 novembre 2016

La dépense nationale pour la formation professionnelle continue et l’apprentissage en 2013

JPEG - 5.4 ko
En 2013, dans un contexte de croissance économique modérée, la dépense nationale pour la formation professionnelle continue et l’apprentissage s’élève à 31,2 milliards d’euros. Elle est stable par rapport à 2012 (+0,1 %). Rapporté au PIB, l’effort de formation, en baisse depuis 2010, atteint 1,47 % en 2013.
Les entreprises demeurent le principal financeur (44,2 % de la dépense globale). Les régions conservent leur deuxième place (14,7 %) et l’État la troisième (12,3 %). Par rapport à l’année précédente, la dépense augmente pour les régions (+3,6 %) et les entreprises (+0,9 %) mais elle baisse pour l’État (-1,8 %).
Les dépenses destinées aux dispositifs ciblés sur les jeunes et en faveur des personnes en recherche d’emploi progressent respectivement de 3,4 % et 2,8 %. Celles pour les actifs occupés du secteur privé diminuent de 0,5 %. Les dépenses de l’ensemble des trois fonctions publiques pour ses agents sont en recul. La baisse est plus prononcée pour les agents de la fonction publique d’État. Seule la dépense pour la fonction publique hospitalière progresse.

- Dares Résultats 2016-063 - La dépense nationale pour la formation professionnelle continue et l’apprentissage en 2013

Posté par pcassuto à 16:20 - - Permalien [#]

26 septembre 2016

Spending per student among the world’s lowest – Report

Turkey is one of the countries with the lowest spending per student, according to a report prepared by the Organisation for Economic Co-operation and Development, reports Hurriyet Daily News. Read more...

Posté par pcassuto à 15:46 - - Permalien [#]