10 octobre 2019

Étudier à Grenoble: un esprit sain dans un corps sain

En Rhône-Alpes, face au mastodonte lyonnais, Grenoble fait valoir ses atouts auprès des étudiants... Et réussit à tirer son épingle du jeu. Focus sur cinq établissements grenoblois particulièrement attractifs. Plus...

Posté par pcassuto à 00:50 - - Permalien [#]


08 octobre 2019

C.N.U. et CNAP : les instances nationales

ESR enseignementsup-recherche gouv frLe Conseil national des universités (C.N.U.) et le Conseil national des astronomes et physiciens (CNAP) sont les instances nationales compétentes pour le recrutement et le suivi de carrières des enseignants-chercheurs, des astronomes et physiciens. Plus...

Posté par pcassuto à 01:39 - - Permalien [#]

07 septembre 2019

Will AI replace university lecturers? Not if we make it clear why humans matter

The GuardianMany UK universities are struggling financially, but there’s one option that is rarely discussed: replacing lecturers with artificial intelligence (AI) machines. This might sound like sci-fi – after all, the lists of occupations vulnerable to AI rarely include teaching, which is still seen as too creative for computers. But a growing database of information harvested from online courses – clickstreams, eye-tracking and even emotion-detection – could make AI lecturers a common feature in the near future. More...

Posté par pcassuto à 12:14 - - Permalien [#]

Business schools : en route pour l’uberisation des enseignants-chercheurs ?

The ConversationL’uberisation bouleverserait le modèle du salariat bien établi depuis les Trente Glorieuses dans des métiers de plus en plus variés. Même l’enseignement supérieur n’y échapperait pas. Plus...

Posté par pcassuto à 11:53 - - Permalien [#]

28 août 2019

RERS 2019 - Les enseignants du supérieur par discipline

ESR enseignementsup-recherche gouv frEn 2017-2018, 90 800 personnes enseignent dans les établissements publics d’enseignement supérieur en France métropolitaine et en outre-mer, principalement en université, instituts nationaux polytechniques et universités de technologie (92 %) (2).
L’effectif total des enseignants du supérieur a augmenté de 15 % au cours des vingt dernières années, variant de 78 900 à 90 800. Les taux de croissance les plus élevés ont, pour cette période, concerné les effectifs des enseignants non permanents (+ 22 %), suivi des maîtres de conférences (+ 17 %) et des professeurs des universités (+ 13 %) (1).
Les personnels enseignants de l’enseignement supérieur se répartissent en trois grandes catégories : 55 700 enseignants-chercheurs (EC) titulaires – et stagiaires – (soit 61 %) constitués des maîtres de conférences (MCF) et des professeurs des universités (PR) ; 12 900 enseignants du second degré affectés dans l’enseignement supérieur (soit 14 %) ; et 22 200 enseignants non permanents (soit 24 %) constitués des doctorants contractuels effectuant un service d’enseignement et des attachés temporaires d’enseignement et de recherche (2). Les enseignants en sciences forment le groupe disciplinaire le plus important (38 %), suivis par ceux de lettres (30 %), de droit et de santé (respectivement 14 % chacun).
En lettres, les EC représentent 53 % de l’effectif (61 % dans l’ensemble) et les enseignants du 2nd degré sont davantage représentés. En sciences, les EC constituent 72 % du personnel alors que les enseignants non permanents ne représentent que 17 % (24 % sur l’ensemble). Dans les disciplines de santé, la part des PR est très importante, 38 % contre 23 % de MCF (22 % de PR et 39 % de MCF sur l’ensemble).
Consulter la brochure R.E.R.S. 2019. Plus...
Repères et références statistiques 2019

Posté par pcassuto à 11:17 - - Permalien [#]


07 juillet 2019

Menaces sur le statut des EC

Sur le blog "Histoires d'universités" de Pierre Dubois. Menaces sur le statut des enseignants chercheurs. Communiqué sur la qualification par le CNU et le statut des enseignants-chercheurs, QSF, 19 mai 2019 ; le communiqué en pdf. Lire aussi CPU. L’autonomie du n’importe quoi.
« La transparence et l’égalité de traitement dans le recrutement des professeurs des universités et des maîtres de conférences sont une condition essentielle de la qualité de l’enseignement et de la recherche universitaires. Plus...

Posté par pcassuto à 18:20 - - Permalien [#]

02 juillet 2019

Repères enseignant-chercheur

Screenshot-2018-4-21 Journal de mise en ligne - ESR enseignementsup-recherche gouv frCe document a pour objet d’expliciter les activités et les compétences des enseignantschercheurs. Il s’inscrit pleinement dans les mesures tendant à valoriser au même niveau les missions d’enseignement et de recherche, conformément à leur statut (décret N°84-431 du 6 juin 1984, article L123-3 du code de l’éducation) et dans le respect de leur indépendance académique et des libertés universitaires (article L952-2 du code de l’éducation).
Il est le fruit d’un travail de coopération entre les services du ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, la Commission permanente du conseil national des universités (CP-CNU), la Conférence des présidents d’université (CPU), de la Conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs (CDEFI), l’association des Vice-présidents d’établissements d’enseignement supérieur en charge des ressources humaines, le réseau des Vice-présidents Formation et vie universitaire, le réseau des ÉSPÉ, ainsi que de nombreux réseaux associatifs ou professionnels dédiés principalement à la pédagogie.
Ce document a été discuté avec les organisations syndicales représentatives qui ont contribué à en améliorer la qualité.
L’objet de ce document est de proposer des repères communs pour :
> définir et partager les attendus du métier en tenant compte de l’ensemble des missions ainsi que des changements intervenus ces dernières années,
> identifier les besoins en formation tout au long de la carrière,
> faciliter le dialogue avec les acteurs qui interviennent autour de ce métier.
Les activités et compétences décrites ici n’ajoutent rien aux missions statutaires qu’elles déclinent sans s’y substituer, ni aux activités mentionnées dans le référentiel national d’équivalences horaires. Ces repères n’ont donc pas de valeur réglementaire ou de vocation normative, en particulier pour évaluer les aptitudes d’un enseignant-chercheur stagiaire en vue de sa titularisation.
Ce document pourra guider l’élaboration du contenu des formations initiales et continues dispensées aux enseignants-chercheurs, et notamment la formation à la pédagogie des maîtres de conférences nouvellement nommés, rendue obligatoire depuis la rentrée 2018. Il pourra ainsi aider à la cohérence entre les formations des jeunes enseignants-chercheurs la première année qui suit leur nomination et celles des cinq années qui suivront la titularisation telles que prévues dans le décret.
Enfin, dans un souci d’attractivité du métier, ces repères pourront être utiles également aux futurs candidats enseignants-chercheurs qui y trouveront les informations sur les différentes facettes du métier.
Repères pour l'exercice du métier d'enseignant-chercheur. Plus...
Brochure : Repères pour l'exercice du métier d'enseignant-chercheur

Posté par pcassuto à 02:30 - - Permalien [#]

25 juin 2019

Le rôle du Conseil National des Universités (CNU) - L’avancement de grade

Screenshot-2018-4-21 Journal de mise en ligne - ESR enseignementsup-recherche gouv frLes sections du CNU attribuent la moitié des promotions (contingent national), l’autre moitié étant attribuée par les établissements (contingent local). Il s’agit des passages de maître de conférence classe normale/maître de conférence hors classe, maître de conférences hors classe /maître de conférence hors classe échelon exceptionnel, professeur d’université 2e classe/professeur d’université 1re classe, professeur d’université 1re classe/professeur d’université classe exceptionnelle 1, et professeur d’université classe exceptionnelle 2.
Le CNU est particulièrement attentif aux dossiers scientifiques de bon niveau, sous réserve d’une implication significative dans les autres activités de l’enseignant-chercheur (pédagogie, responsabilités collectives, etc.). Pour l’avancement à l’échelon exceptionnel de la hors classe du corps des maîtres de conférences, l’investissement des maîtres de conférences dans leur mission d’enseignement est particulièrement pris en compte. Le CNU est la seule voie de promotion pour les enseignants-chercheurs des établissements dits à petits effectifs (moins de 30 professeurs et/ou moins de 50 enseignants-chercheurs).
Repères pour l'exercice du métier d'enseignant-chercheur. Plus...

Brochure : Repères pour l'exercice du métier d'enseignant-chercheur

Posté par pcassuto à 01:49 - - Permalien [#]

Parcours professionnels d'enseignants-chercheurs / LES FORMATIONS ET L’ACCOMPAGNEMENT AU MÉTIER

Screenshot-2018-4-21 Journal de mise en ligne - ESR enseignementsup-recherche gouv frLe décret n°84-431 du 6 juin 1984 prévoit que les maîtres de conférences bénéficient, dans des conditions précisées par arrêté, d’une formation au cours de leur année de stage et préalablement à leur titularisation.
L’arrêté du 8 février 2018 fixant le cadre national de cette formation prévoit les modalités de formation suivantes. La formation est organisée au sein de chaque établissement ou groupe d’établissements d’enseignement supérieur sous la responsabilité du président de l’établissement d’affectation. Elle vise à l’approfondissement des compétences pédagogiques générales ou spécifiques au champ disciplinaire nécessaires à l’exercice du métier d’enseignant-chercheur. Elle informe et forme les maîtres de conférences stagiaires à différentes méthodes d’enseignement et à l’utilisation d’approches et d’outils variés. Elle leur permet de s’adapter à la diversité des publics et d’assurer un accompagnement et une évaluation des acquis des apprentissages. Elle s’inscrit dans le cadre des actions d’accompagnement et de formation de l’établissement à destination des personnels. Les modalités de mise en oeuvre de la formation sont définies par l’établissement en fonction de sa stratégie de formation et de sa politique éventuelle de mutualisation avec d’autres établissements, ainsi que du parcours antérieur des maîtres de conférences stagiaires.
Au cours de leur formation, les maîtres de conférences sont déchargés d’un sixième du service d’enseignement de référence et ne peuvent pas effectuer d’enseignements complémentaires pendant cette période.
Le directeur de chaque service ou composante délivrant la formation du stagiaire établit un avis sur le suivi de la formation, qui est transmis au conseil académique préalablement à la délivrance de l’avis conforme du conseil académique, requis pour toute titularisation.
En outre, tout maître de conférences peut bénéficier, sur son temps de travail, au cours des cinq années suivant sa titularisation, d’une formation complémentaire à celle prévue pendant l’année de stage, visant à l’approfondissement des compétences pédagogiques nécessaires à l’exercice du métier. Il peut bénéficier, sur sa demande, d’une décharge d’activité d’enseignement. Le volume total cumulé de cette décharge sur l’ensemble de la période de cinq ans ne peut excéder le sixième d’un service d’enseignement annuel.
Pour ce volet enseignement, la formation et l’accompagnement des enseignants-chercheurs peuvent être assurés, dans de nombreux établissements, par des services d’appui à la pédagogie ou par l’ÉSPE (École supérieure du professorat et de l’éducation) de l’académie. À noter que des enseignants-chercheurs peuvent exercer dans ce cadre des fonctions de conseillers pédagogiques. Concernant le volet recherche, des sessions de formation sont également proposées par des organismes comme les établissements publics à caractère scientifique et technologique (CNRS, INSERM...). Les services des ressources humaines des établissements proposent par ailleurs des formations sur différents aspects du métier.
Enfin, pour l’ensemble des activités, la formation continue s’effectue pour une large part via des échanges avec les pairs, de manière formelle (dans le cadre de congrès par exemple) ou informelle.
Repères pour l'exercice du métier d'enseignant-chercheur. Plus...

Brochure : Repères pour l'exercice du métier d'enseignant-chercheur

Posté par pcassuto à 01:45 - - Permalien [#]

Parcours professionnels d'enseignants-chercheurs / L’ÉVOLUTION DE CARRIÈRE ET LES POSSIBILITÉS DE MOBILITÉ

Screenshot-2018-4-21 Journal de mise en ligne - ESR enseignementsup-recherche gouv frAu fil de la carrière, le métier d’enseignant-chercheur peut évoluer progressivement, à des degrés divers, vers des fonctions de coordination, de responsabilité de formation, de conduite d’équipes ou de projets, voire de structures, incluant les aspects humains, financiers, administratifs, éventuellement politiques.
Pour illustrer l’ensemble des évolutions de carrière possibles, on peut citer :
• Les responsabilités collectives et de direction :
> responsable d’une formation ;
> responsable d’une équipe de recherche, directeur de laboratoire ;
> directeur d’unité de formation et de recherche, d’institut ou d’école interne aux universités ou aux communautés d’universités et d’établissements ;
> président ou vice-président d’université, président, directeur général ou directeur d’un autre établissement public de l’État, directeur d’un groupement d’intérêt public, président ou directeur d’un établissement d’enseignement supérieur et/ou de recherche à l’étranger ;
> président d’une communauté d’universités et établissements ;
> membre d’instances nationales : Conseil national des universités (CNU), Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER), Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres) ou autre autorité administrative indépendante ;
> conseiller pédagogique ;
> responsable d’un service d’appui à la pédagogie.
• Une mobilité vers des fonctions de recherche et/ou d’enseignement :
> chercheur, personnel scientifique contractuel d’un établissement public de l’État (CNRS, INSERM, INRA, CEA…) ;
> enseignant-chercheur d’un grand établissement (Muséum national d’histoire naturelle, Conservatoire national des arts et métiers, Collège de France), professeur agrégé, personnel enseignant et hospitalier, enseignant d’une école relevant du ministre chargé de la culture (école d’architecture), du ministre chargé de l’économie et de l’industrie (Groupe des écoles nationales d’économie et statistique – GENES, Institut Mines-Télécom)… ;
> des fonctions d’enseignant, de chercheur ou de personnel scientifique contractuel dans une institution étrangère ou internationale.
• Des mobilités professionnelles vers le secteur privé :
Des passerelles public-privé permettent aux enseignants-chercheurs d’effectuer des mobilités en entreprise en étant placés en délégation, détachés ou mis à disposition pour effectuer des travaux de recherche, de valorisation ou d’autres activités. Ces mobilités sont valorisées sous certaines conditions dans la carrière des enseignants-chercheurs.
• L’évolution, possible mais plus rare, vers d’autres fonctions au sein de l’administration :
> recteur d’académie, directeur général, directeur d’administration centrale, conseiller, expert ou chargé de responsabilités administratives particulières auprès de l’administration centrale du ministère chargé de l’enseignement supérieur ;
> magistrat administratif (Conseil d’État et autres juridictions administratives), financier (Cour des comptes, Chambres régionales des comptes) ou judiciaire ;
> inspecteur général de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche ou membre d’un autre corps d’inspection générale ;
> mobilité vers un cadre d’emploi ou un corps de fonctionnaires de même catégorie et de niveau comparable (administrateurs civils, préfets, conservateurs généraux des bibliothèques, des musées, du patrimoine, ingénieurs de recherche, etc.)
Repères pour l'exercice du métier d'enseignant-chercheur. Plus...

Brochure : Repères pour l'exercice du métier d'enseignant-chercheur

Posté par pcassuto à 01:41 - - Permalien [#]