30 mai 2013

Les dépenses de formation professionnelle en France et en Midi-Pyrénées

http://www.cariforef-mp.asso.fr/template/cariforef_pro/img/logo-carif_oref.gifLe Cnfptlv publie une étude sur les dépenses de formation professionnelle relevant des politiques publiques pour l'année 2010. Pour la première fois, celle-ci couvre l'ensemble des 22 régions métropolitaines, ce qui permet d’avoir une approche comparative. Le total cumulé des dépenses de formations initiale et continue représente 27,6 milliards d' €, soit 52% pour l’Etat, 26% pour les Conseils régionaux, 19% pour les partenaires sociaux et 3% pour Pôle emploi. En Midi-Pyrénées 1,247 milliard d' € ont été dépensés dans le cadre de la formation professionnelle initiale et continue. Les parts respectives des quatre grands financeurs sont les suivantes: 646 millions pour l'Etat, 339 millions pour la Région et les autres collectivités, 220 millions pour les partenaires sociaux et 42 millions pour Pôle emploi. Le rapport détaille les dépenses par public, pour la formation initiale et pour la formation continue.
Cnfptlv, Dépenses de formation professionnelle relevant des politiques publiques au niveau régional. Tableaux financiers des contrats de plans régionaux de développement des formations professionnelles (Cprdf), 2012, 96 p. + annexes.
http://www.cariforef-mp.asso.fr/template/cariforef_pro/img/logo-carif_oref.gif D'fhoilsigh an CNFPTLV staidéar ar na costais a bhaineann le hoiliúint gairmoideachais de bheartais phoiblí don bhliain 2010. Don chéad uair, clúdaíonn sé gach ceann de na 22 limistéar cathrach, a cheadaíonn do chur chuige comparáideach. Níos mó...

Posté par pcassuto à 01:28 - - Permalien [#]


Education panel touts more global approach

http://jto.s3.amazonaws.com/wp-content/uploads/2013/05/nn20130511f1a-870x577.jpgBy Masaaki Kameda. A government education panel submitted a report Tuesday to Prime Minister Shinzo Abe urging the nation’s universities to be outward-looking in order to foster global talent among Japanese. Abe in return vowed to work to give Japanese universities the competitive edge they need by reflecting those suggestions in his administration’s growth strategies, education minister Hakubun Shimomura said. The panel’s proposals recommended that the nation’s colleges attract more foreign teachers and students and boost collaboration with their overseas counterparts to offer joint degrees. It also called for the nation’s universities to be more internationally competitive by inviting leading foreign institutions to set up undergraduate and graduate programs in Japan. The panel also urged the government to give extra support to colleges, tentatively dubbed “super global universities,” that actively hire non-Japanese teachers, enhance partnerships with institutions overseas and expand degrees that can be obtained via classes in English. Read more...

Posté par pcassuto à 01:24 - - Permalien [#]

Karolinska becomes first university in Sweden to offer massive open online courses for a global student audience

http://bulletin.sciencebusiness.net/Assets/6a623508-81a7-447a-a981-12a632fd96b1.jpgA new partnership with educational platform edX means that Karolinska Institutet has become the first university in Sweden to offer internet-based courses to hundreds of thousands of students around the world.

"This means that we have put ourselves way ahead of the field as we meet the future's demand for quality academic courses," says dean of higher education Professor Jan-Olov Höög. "It makes Karolinska Institutet an important actor on the global educational arena&and puts it in good company." Read more...

Posté par pcassuto à 01:19 - - Permalien [#]

English divides French education

http://www.scienceguide.nl/media/1585316/number_of_institutions_and_programs_in_english.bmpFrance is split over a law that would enable public universities to teach in English. The opposition fears for the French cultural identity, while the government sees benefits for both international and French students. Minister Fioraso rejects the critique and points out that there are already 800 English courses. France’s National Assembly is discussing plans to change the law that obliges all teachers to teach in French, from kindergarten to university. By relaxing the law the French hope to attract more international students, but the idea is heavily opposed by a politicians and teachers that fear that France will lose its cultural identity.
Five people discussing Proust

Geneviève Fioraso, the French Minister of Higher Education started the debate because she is afraid that France is being left behind in the international ‘battle for brains’. She fears that French universities end up as places where “five people sit around a table discussing Proust”. Higher education has to open up says Fioraso and the language barrier makes it hard to attract foreign students, teachers and start joint-degree programs with universities from other countries. Read more...

Posté par pcassuto à 01:17 - - Permalien [#]

Full cost model: important driver

http://www.scienceguide.nl/media/1131639/european_unionflags.jpegThe European University Association clings on to full cost model in Horizon 2020. Later this week the hot potato will be debated by European Parliament, Commission and Council.
The European University Association (EUA) sees the removal of the option for reimbursement based upon full costing methodologies as being both a step backward and counterproductive with respect to another key policy goal: the modernisation of Europe’s universities, in particular their financial sustainability. “Horizon 2020 as a flagship to enhance Europe’s research and innovation capacities needs to take a lead position here to strengthen European Universities’ competitiveness globally”, he suggested. At a press conference by Mr Christian Ehler (MEP and Rapporteur on the Horizon 2020 Rules for Participation), the EUA joined Mr Ehler in calling for the retaining of a reimbursement model based on the recognition of full costs in Horizon 2020, the next EU framework programme for research and innovation. Read more...

Posté par pcassuto à 01:15 - - Permalien [#]


Teachers face politics classes

http://www.globaltimes.cn/Portals/0/logo.jpgBy Yang Jingjie. The Ministry of Education (MOE) has issued a policy document demanding that institutions of higher education strengthen and improve ideological and political work on young teachers.
The document, which was posted on the ministry's website on Monday, demanded that Party organizations on campus recognize the importance of such work under "new circumstances" and seize the initiative on related issues online, while reiterating that young teachers should not pass on information "harming national interests" during class.
An unidentified MOE official said on the ministry's website that teachers are close to students in age and communicate with them a great deal, and thus have a great impact on their thought and behavior.
The official noted that while most young teachers support the Communist Party of China's (CPC) leadership, a small number of them are confused in their political beliefs, and a few have inappropriate words and deeds, which makes them unqualified to be teachers. Read more...

Posté par pcassuto à 01:12 - - Permalien [#]

India's ancient university returns to life

http://static.bbci.co.uk/frameworks/barlesque/2.45.9/desktop/3.5/img/blq-blocks_grey_alpha.pngBy Yojana Sharma. It was an eminent centre of learning long before Oxford, Cambridge and Europe's oldest university Bologna were founded. Nalanda University in northern India drew scholars from all over Asia, surviving for hundreds of years before being destroyed by invaders in 1193.
The idea of Nalanda as an international centre of learning is being revived by a group of statesmen and scholars led by the Nobel prize winning economist, Amartya Sen.
The group wants to establish a new world-class residential university with top students and researchers from around the world, on a site close to ruins of the ancient Buddhist institution in the Indian state of Bihar.
The new Nalanda International University will focus on the humanities, economics and management, Asian integration, sustainable development and oriental languages. Read more...

Posté par pcassuto à 01:09 - - Permalien [#]

Les emplois vacants

http://www.coe.gouv.fr/IMG/siteon0.png?1221723946Les emplois vacants: réunion de travail du mardi 28 mai
Auditions de M. Arnaud DE LA TOUR, Président du PRISME et de Mme Françoise DIARD, Responsable du Pôle « Emploi – Gestion des Compétences », UIMM. Présentation PRISME.
Les emplois vacants: séance plénière du mardi 21 mai

Au cours de cette réunion plénière consacrée au thème des « emplois vacants », le Conseil a entendu M. Jean BASSÈRES, Directeur général du Pôle emploi, et Mme Emmanuelle WARGON, Déléguée générale à l’emploi et à la formation professionnelle (DGEFP). Présentation E. Wargon, DGEFP. Présentation J. Bassères, Pôle emploi.
http://www.coe.gouv.fr/IMG/siteon0.png?1221723946 Folúntais: cruinniú ag obair ar Dé Máirt 28 Bealtaine
Éisteachtaí Arnaud DE LA Tour, Uachtarán PRISM agus Françoise DIARD, Ceann Rannáin "Fostaíocht -. Scileanna Bainistíochta", UIMM PRISM Cur i láthair. Níos mó...

Posté par pcassuto à 00:55 - - Permalien [#]

Les sites délocalisés de l’Université de Poitiers

http://www.cese-poitou-charentes.fr/local/cache-gd2/33593f231945e3439d7e3814457a93c4.jpgDans le droit fil de ses travaux « Pour une stratégie ambitieuse de développement de l’enseignement supérieur en Poitou-Charentes », le CESER a apporté sa vision et ses propositions aux côtés de l’Université de Poitiers sur le thème de l’avenir des sites universitaires délocalisés. Un 4ème « cahier » a été réalisé sur ce thème afin d’enrichir le débat, apporter des réflexions et pistes d’actions aux acteurs concernés en vue de l’élaboration des projets de schéma de développement local de l’enseignement supérieur et de la recherche des sites universitaires d’Angoulême et de Niort. Télécharger le cahier n° 4 "Les sites délocalisés de l’Université de Poitiers". Télécharger les autres cahiers.
"Les sites délocalisés de l’Université de Poitiers" - Introduction

Les politiques d'enseignement supérieur ont orienté depuis la fin des années 80 le développement universitaire vers une territorialisation croissante des premiers cycles. Cette territorialisation de l'enseignement supérieur était le fruit de processus multiples qui doivent autant à la politique de décentralisation, à la volonté de l'Etat à travers les plans « Université 2000 » en 1990 et « Université du 3ème millénaire » (U3M) en 2000, qu'à l'émergence des collectivités territoriales comme acteur à part entière des politiques universitaires locales.
Ce phénomène s'est concrétisé par le développement de nouveaux sites universitaires délocalisés, dans des villes moyennes, hors des capitales régionales, accueillant non seulement des IUT mais également des premiers cycles universitaires et des formations plus ou moins spécialisées de niveaux licence ou master. Progressivement, il s'est créé un « service public d'enseignement supérieur de proximité » favorisant l'accès à l'université sur le territoire, en particulier pour les enfants issus de milieux modestes, participant ainsi au rééquilibrage de la répartition des populations étudiantes dans un contexte d’accroissement des effectifs. Ce maillage territorial des sites universitaires délocalisés est devenu en une quinzaine d'années dense et contrasté du fait des différences d'offres de formation, de conditions d'études et de nature de publics. En Poitou-Charentes, des relations institutionnelles et financières existent depuis des années entre les universités et les collectivités territoriales (contrats de plan successifs, contrat de projets actuel et divers partenariats thématiques ou conjoncturels).
2 sites universitaires à Angoulême et à Niort sont nés de la volonté des collectivités territoriales, en particulier des villes et des Conseils généraux concernés, pour développer une offre d'enseignement supérieur locale et répondre aux besoins de formation de leur bassin d'emplois. S'ils sont similaires par la taille (respectivement 1 800 et 1 200 étudiants), ils sont très différents dans leurs finalités, leurs conceptions et leurs organisations territoriales. L'une des principales questions qui se pose aujourd'hui est celle de leur avenir compte tenu du contexte actuel de stabilisation des effectifs universitaires, de renforcement des pôles nationaux et de concurrence entre les sites d'enseignement supérieur aux niveaux international, national et régional.
Par ailleurs, la clarification des responsabilités des collectivités territoriales (projet de Loi de décentralisation et réforme de l'action publique) risque de remettre en cause leurs domaines de compétences alors qu'elles financent (Régions comprises) pour moitié les activités des sites délocalisés. Il devient nécessaire de développer l'attractivité de ces sites dans une logique de renforcement et de spécialisation à la fois parce qu'ils correspondent à une volonté des étudiants de s'orienter vers des filières plus qualifiantes et parce qu'ils doivent se positionner différemment des grandes universités pour faire face à la mondialisation de l'enseignement supérieur...
II- Enjeux et Préconisations du CESER...

Le CESER a identifié 3 enjeux assortis de préconisations et d'actions prioritaires à mener pour le développement des sites universitaires délocalisés:
1. La formalisation des partenariats entre les acteurs institutionnels et les universités pour pérenniser et amplifier le développement universitaire en région
2. La constitution de « Pôles universitaires spécialisés » ancrés sur le territoire
3. L'obligation de stratégies immobilières pour optimiser les équipements et créer des Campus durables et attractifs.
1. La formalisation des partenariats entre les acteurs institutionnels et les universités pour pérenniser et amplifier le développement universitaire en région

En Poitou-Charentes, les universités et les territoires sont liés depuis plusieurs années et évoluent en interaction. Si l'enseignement supérieur et la recherche relèvent des compétences de l'Etat, des collectivités territoriales ont choisi de s'y investir, au-delà des politiques contractuelles (CPER et Contrat de projets) dans le cadre de la clause générale de compétences.
Avec la LRU dans la gouvernance des universités et la future réforme des collectivités territoriales, les universités sont plus que jamais amenées à se rapprocher des collectivités territoriales pour déterminer ensemble une stratégie de développement.
Une stratégie régionale d'autant plus importante que dans le même temps, et ce même si l'Etat laisse aux collectivités la possibilité de financer l'enseignement supérieur dans les territoires, les moyens qu'elles y consacreront pourraient être amenés à diminuer.
• Pour le CESER, le maintien du soutien des collectivités territoriales est essentiel pour l'avenir des sites universitaires délocalisés.
Il est urgent de formaliser les engagements entre l'Etat, l'université de Poitiers et les collectivités territoriales concernées sous la forme d'un COM (Contrat d'objectifs et de moyens) ou d'un SDU (Schéma de développement universitaire) comme il en existe par exemple depuis 2005 entre la Communauté urbaine de Lyon et l'université.
L'enjeu de cette contractualisation est triple:
– planifier de manière pluriannuelle le soutien financier des partenaires concernés;
– déterminer des priorités partagées avec les moyens humains et financiers répondant aux objectifs et aux stratégies d'actions des différents partenaires;
– donner une stabilité aux actions engagées, indispensable pour l'attractivité des sites.
• Par ailleurs, il importe d'améliorer la cohérence régionale des interventions des collectivités territoriales en matière d'enseignement supérieur et de recherche.
Le projet de Schéma régional de l'enseignement supérieur et de la recherche (SRESR) du Conseil régional peut aider à la construction d'une stratégie partagée de développement de l'enseignement supérieur et de la recherche en Poitou-Charentes.
Pour cela, ce schéma devrait:
– inscrire ses orientations dans l'ensemble des « grandes politiques » menées à l'échelle de la région et servir de trait d'union entre le CPRDFP (Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles), le SRDEESS (Schéma régional de développement économique, écologique, social et solidaire), et la SRI (Stratégie régionale de l'innovation)];
– donner plus de lisibilité et d'efficacité aux différentes interventions et dispositifs de soutien en matière d'enseignement supérieur et de recherche;
– rendre lisibles les compétences et actions de chacune des structures;
– favoriser l'émergence de « Pôles d'enseignement supérieur » avec des réorganisations, mises en réseaux, voire des mutualisations;
– instaurer un dispositif de prospective pour permettre un suivi et une amélioration du système d'enseignement supérieur et de recherche en région.
Ce Schéma pourrait également compenser les effets générés par les politiques nationales d'excellence (priorité aux grands ensembles à visibilité mondiale) et apporter un soutien aux projets, structures ou équipes nécessaires au développement régional ou les aider à progresser pour intégrer les programmes régionaux d'excellence.
2. La constitution de « Pôles universitaires spécialisés » ancrés sur le territoire

Les sites universitaires d'Angoulême et de Niort donnent accès à une offre de formation de proximité complémentaire des filières d'enseignement supérieur de l'université de Poitiers (dont ils dépendent) et de La Rochelle.
• Pour le CESER, l'internationalisation et la concurrence ne sont pas incompatibles avec une approche territorialisée de l'enseignement supérieur dès lors que l'offre de formation s'appuie sur des spécialités ou des spécificités territoriales. Créés pour répondre aux attentes des territoires, ces sites universitaires délocalisés doivent aujourd'hui voir leur légitimité et leur lisibilité renforcées en devenant de véritables « Pôles universitaires ».
– À Niort, un effort important a déjà été mené par l'université de Poitiers et les collectivités territoriales pour regrouper dans un « mini Campus » l'ensemble des filières d'enseignement supérieur et construire une offre de formation globale sur le thème du risque et de l'épargne en partenariat avec les mutuelles et les banques.
Ce travail doit être poursuivi pour créer autour de l'IRIAF (Institut des risques industriels, assurantiels et financiers) un « Pôle universitaire d'expertise des risques » rassemblant l'ensemble des formations supérieures dans ces domaines.
Pour le CESER, il s'agit non seulement de développer la coopération et le fléchage de ces formations mais de leur donner une lisibilité internationale.
A cet effet, l'offre de formation continue doit être développée. Au-delà d'une adaptation des formations existantes aux besoins des entreprises, le CESER propose de:
➢ créer à cet effet une interface universités/entreprises;
➢ développer des formations ou des modules de formation ouverts à des étudiants en temps partagé.
– A Angoulême, la situation est différente avec une importante dispersion des sites d'enseignement supérieur, mais une offre de formation supérieure à la fois attractive, diversifiée et très spécialisée sur le thème de l'image.
Pour le CESER, vouloir construire un véritable « Pôle universitaire Charentais » implique un plan global de réorganisation et de rationalisation des sites d'enseignement supérieur publics et privés avec 2 objectifs majeurs:
➢ créer un « Pôle universitaire de l'image » autour de l'ENJMIN et des autres établissements d'enseignement supérieur du Pôle de l'image Magelis (cf. annexe 3);
➢ structurer un Campus universitaire unique avec une gouvernance commune des formations en tenant compte des besoins exprimés par l'IFSI (Institut de formation en soins infirmiers) et l'EIA (Ecole d'ingénieurs par apprentissage).
• Pour améliorer la gouvernance de ces « Pôles universitaires », le CESER insiste sur la formalisation juridique des partenariats entre l'université et les différents acteurs/financeurs concernés sous la forme d'un COM (Contrat d'objectifs et de moyens) et la présence sur place d'un correspondant permanent de l'université de Poitiers pour, en particulier, représenter l'ensemble des filières de formation.
Il propose par ailleurs, comme pour le PUN (Pôle universitaire de Niort), la mise en place d'une structure d'interface pour favoriser les échanges avec l'environnement professionnel, exploiter les particularités économiques locales, développer la formation continue.
• Enfin, la qualité des conditions de vie étudiante de ces « Pôles universitaires » est à améliorer.
Outre l'éloignement de certains sites entre eux, comme à Angoulême, ils souffrent tous d'un manque de logement, de services et de vie étudiante.
3.L'obligation de stratégies immobilières pour optimiser les équipements et créer des Campus durables et attractifs

Les universités du Poitou-Charentes présentent sur le plan immobilier des situations très différentes du fait de leur histoire, de leur taille, de leur situation géographique, qui nécessitent des stratégies d'aménagement et de développement spécifiques.
Les orientations proposées par les universités rejoignent les préoccupations du CESER. Elles ont inscrit dans leurs SPSI (Schéma pluriannuel de stratégie immobilière) et SDIA (Schéma directeur immobilier et d'aménagement) les grands principes de leurs programmes d'actions pour les années à venir quant à la gestion et à l'utilisation de leur patrimoine.
• Pour le CESER, l'objectif doit être tout d'abord de rendre les sites universitaires plus lisibles, plus cohérents et plus faciles à vivre:
– en améliorant l'organisation logistique et les lieux de vie étudiant des Campus,
– en renforçant l'utilisation et la mutualisation des équipements,
– tout en conservant la lisibilité des formations et sans « diluer » l'identité propre à chaque composante.
Désormais propriétaire de son patrimoine, un effort tout particulier devra être fait par l'université de Poitiers pour optimiser ses locaux et améliorer son taux d'occupation mais c'est aussi une opportunité pour faire du Campus universitaire, notamment grâce à son projet de « Learning Center », un véritable lieu de vie créant du lien social entre les étudiants.
• Les universités doivent intégrer les préoccupations environnementales dans tous leurs projets afin de maîtriser leur flux (donc des marges de manoeuvre financières futures) pour développer l'image et l'attractivité des Campus.
Dans le cadre du référentiel de « développement durable », l'université de Poitiers a engagé une réflexion globale en ce sens avec l'objectif de créer un « Eco Campus ».
Au-delà de la perspective purement patrimoniale, cette orientation a vocation à toucher l'ensemble des publics de l'établissement, à commencer par les étudiants et les personnels (politiques d'achats, pratiques professionnelles,...). Parallèlement aux actions engagées avec les collectivités locales en fonction des projets, des partenariats sont à mener avec le Conseil régional pour la mise en oeuvre d'une politique universitaire de développement durable dans 2 dimensions: stratégie éducative et gestion patrimoniale.
• Plus globalement, une stratégie de développement des universités à l'horizon 2020 doit marquer la fin de la conception d'une université avec des Campus plus ou moins « excentrés » sans lien direct entre les sites universitaires et le reste de la cité.
L'université doit s'ouvrir à la ville comme cette dernière doit également l'intégrer sur son territoire.
Des politiques communes d'aménagement et de développement du territoire sont à construire entre les universités et les différentes collectivités territoriales pour:
– renforcer l'accessibilité des sites et à leurs différents services communs (bibliothèques universitaires, Restos U, équipements sportifs) en transports collectifs et développer le réseau et la pratique de modes « doux »;
– encourager la mise en oeuvre de services coordonnés entre les villes et les universités pour une vie de Campus accueillante;
– créer les conditions d'une politique de logement étudiant qui réponde aux enjeux de mise à niveau et d'internationalisation (accueil étudiants étrangers).

http://www.cese-poitou-charentes.fr/local/cache-gd2/33593f231945e3439d7e3814457a93c4.jpg In line with its work "for an ambitious development strategy for higher education in Poitou-Charentes", the CESER brought his vision and proposals alongside the University of Poitiers on the theme of the future university sites offshore.A fourth "book" was conducted on this topic to enrich the debate, provide ideas and courses of action to stakeholders for the preparation of draft scheme of local development of higher education and research university sites Angouleme and Niort. More...

Posté par pcassuto à 00:30 - - Permalien [#]

Recherche publique: quelle est la place de l’anglais ?

http://www.vie-publique.fr/images/logo_viepublic.pngRecherche publique: quelle est la place de l’anglais?
L’Institut national d’études démographiques (Ined) publie les résultats de l’enquête Elvire (enquête sur l’usage des langues vivantes dans la recherche publique française) menée entre 2007 et 2009. L’enquête permet de dresser un bilan de l’application de la loi relative à l’emploi de la langue française du 4 août 1994, dite "loi Toubon", dans le secteur de la recherche.
Il apparaît que l’anglais occupe une position dominante dans tous les domaines de la recherche. Dans les sciences exactes, l’utilisation du français est devenue marginale: 96% des directeurs de laboratoire assurent que l’anglais est la langue la plus utilisée. Cette proportion est moins forte dans les sciences humaines et sociales: l’anglais y est déclaré dominant par 59% des directeurs de laboratoire. De la même façon, les publications, les réunions ou les colloques scientifiques se font essentiellement en anglais. L’enquête montre aussi que 25% des enseignants dispensent, régulièrement ou à l’occasion, des cours en anglais dans l’enseignement supérieur. Cette pratique est plus forte chez les chargés de recherche et les directeurs de recherche qui enseignent à l’université. Malgré la loi Toubon, l’anglais a donc continué à progresser dans les activités scientifiques.
Les résultats de l’enquête sont publiés alors que le projet de loiProjet de loiProjet de texte législatif déposé au Parlement à l’initiative du gouvernement. relatif à l’enseignement supérieur et à la recherche, discuté au ParlementParlementOrgane collégial qui exerce le pouvoir législatif (adoption des lois et contrôle du pouvoir exécutif). En France, le Parlement est composé de deux chambres: l’Assemblée nationale et le Sénat. à partir du 22 mai 2013, suscite un nouveau débat sur l’emploi du français dans l’enseignement supérieur. Le projet de loi prévoit, en effet, de nouvelles dérogations au monopole des cours en français.
Sur la toile publique

L’anglais hors la loi ? Enquête sur les langues de recherche et d’enseignement en France - François Héran, Ined, juin 2013, Population et Sociétés, n° 501.
Conseil des ministres du 20 mars 2013. Enseignement supérieur et recherche.
Rapport au Parlement sur l’emploi de la langue française 2012 - Délégation générale à la langue française et aux langues de France, oct. 2012, Bibliothèque des rapports publics, La Documentation française.fr.
http://www.vie-publique.fr/images/logo_viepublic.png Taighde poiblí: cad é an áit an Bhéarla?
Foilsíonn an Institiúid Náisiúnta um Staidéar Déimeagrafacha (ined) torthaí Elvira (suirbhé ar úsáid na dteangacha iasachta sa taighde poiblí na Fraince) a rinneadh idir 2007 agus suirbhé 2009.
An suirbhé a ghlacadh stoc ar chur i bhfeidhm an dlí maidir le húsáid na teanga Fraincise ar 4 Lúnasa 1994, ar a dtugtar "dlí Toubon" in earnáil taighde. Níos mó...

Posté par pcassuto à 00:11 - - Permalien [#]