08 juin 2014

10ème forum "Agir sur les conditions de travail en Basse-Normandie"

Bandeau retour page d'accueilJeudi 19 juin 2014 à Caen (Campus universitaire 2)
Ce forum organisé par l'ARACT (Association Régionale pour l'Amélioration des Conditions de Travail) de Basse-Normandie aura pour thème "Du premier emploi à la retraite : préservons la santé".
Son propos est de montrer que l'amélioration des conditions de travail se joue tout au long de la vie des salariés et que pour être en bonne santé en fin d'activité professionnelle, il existe des méthodes, démarches.
Celles-ci passent par la conception des situations de travail intégrant les facteurs de péniblité et la prévention des risques professionnels, mais également par des actions relatives à la répartition et à l'évolution des activités entre personnes et au cours du temps, mises en oeuvre par l'organisation du travail, la formation, le transfert de compétences et les parcours professionnels.
C'est à ce titre que l'amélioration des conditions de travail relève d'une stratégie d'entreprise qui s'inscrit dans la durée et qui repose sur des indicateurs quantitatifs et qualitatifs spécifiques à chaque entreprise.
A partir de conférences et de témoignages d'entreprises, ce 10ème forum propose d'apporter un éclairage permettant de construire des réponses aux entreprises.

De 9 h à 16 h 30.
S'inscrire avant le 13 juin 2014.
Ce forum s'inscrit dans le cadre de la 11ème semaine Qualité de vie au travail qui se déroule du 16 au 20 juin 2014.
Par ailleurs, l'ANACT organise également un concours photo "Le travail en images" dont l'objectif est d'engager une réflexion sur toutes les formes et conditions de travail et de porter un regard personnel, critique, original et créatif sur l'activité professionnelle. Cet évènement national se déroule du 12 mai au 13 juin 2014.
Retrouver toutes les infos concernant ce concours sur la page Facebook de l'ANACT ou sur www.letravailenimages2014.xg1.li.
ARACT
Parc Athéna 12 rue Ferdiand Buisson
14280 Saint-Contest
02 31 46 13 90
anactbn@wanadoo.fr. Voir l'article...

Posté par pcassuto à 02:10 - - Permalien [#]


Forum régional de l'entreprise et de l'emploi

Bandeau retour page d'accueilMercredi 18 juin 2014 à Colombelles (Campus EffiScience)
A cette occasion, vous seront présentés la stratégie économique et les outils que la Région met à disposition des entreprises pour les soutenir et les aider dans leur développement.
Cinq thèmes stratégiques seront abordés dans des ateliers thématiques :

  • les besoins de financement
  • les besoins liés aux projets d'investissement
  • les besoins liés à l'internationalisation des entreprises
  • les besoins liés à l'innovation
  • les besoins spécifiques de l'emploi et de la formation

De 9 h à 12 h.
Programme complet
Inscription
Renseignements auprès de la Miriade
Campus EffiScience
2 esplanade Anton Philips
14460 Colombelles
02 31 53 34 40. Voir l'article...

Posté par pcassuto à 02:07 - - Permalien [#]

Des expériences de Conseil en évolution professionnelle

AccueilPar . Ce nouveau numéro hors-série du Point d'Actualité traite d’un aspect de la réforme de la formation professionnelle définitivement adoptée par la publication de la loi n° 2014-288 du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l'emploi et à la démocratie sociale. Télécharger le Supplément Point d'act Le Conseil en évolution professionnelle.
Des expériences de Conseil en évolution professionnelle
Si la loi du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l'emploi a créé le Conseil en évolution professionnelle, certaines régions n’ont pas attendu le vote de la loi pour lancer leur propre expérience de la mesure.
Précurseurs du CEP : les Pays-de-la-Loire
Des conseils gratuits pour aider les salariés à évoluer
C’est un service d’information et d’orientation dont peuvent bénéficier gratuitement les salariés. Le Conseil en évolution professionnelle (CEP) a déjà soutenu le parcours de 1 000 personnes en Pays-de-la-Loire.
En Pays de la Loire, 170 000 personnes changent de métier chaque année, dont 35 000 simultanément de métier et d’entreprise. Les parcours professionnels linéaires sont de plus en plus rares, en particulier pour les salariés les moins qualifiés. Depuis 2009, le Conseil en évolution professionnelle (CEP) offre à tous un service d’information personnalisé. « Le CEP ouvre au salarié des entretiens gratuits avec des spécialistes capables de les guider dans les domaines de l’évaluation des compétences, de la formation et de l’emploi. Issu d’une réflexion menée au sein de la Copire (Commission paritaire interprofessionnelle régionale pour l’emploi) et mis en oeuvre par la Région avec l’appui du Fongecif, ce dispositif permet aux salariés de bâtir leur projet de façon confidentielle et adaptée à leur situation indique indique les site internet de la Région.
4 200 bénéficiaires d’ici 2015
Expérimenté avec succès depuis 2010 sur quelques territoires, il est désormais étendu à toute la région, s’imposant comme le principal outil pour orienter des actifs en emploi vers les interlocuteurs de leur territoire (personnes, institutions...) les plus aptes à les aider à construire leur projet, avec l’objectif d’atteindre 4 200 bénéficiaires en décembre 2015.
Un budget de 760 000 € est consacré au service de conseil en évolution professionnelle financé par la Région, les partenaires sociaux et le Fongecif Pays de la Loire qui en assure l’animation.
Des précisions sur le site du Fongecif : http://www.fongecif-pdl.fr/index.aspx?r=121
Source : le site du conseil régional des Pays-de-la-Loire : http://www.paysdelaloire.fr
Le CEP en Champagne-Ardenne : une nouvelle offre de service des Espaces métiers
A travers l’objectif de sécurisation des parcours professionnels et pour donner sens à la formation tout au long de la vie, la Région Champagne-Ardenne a mis en place au sein des Espaces métiers un nouveau service : le Conseil en évolution professionnelle.
Un conseiller du Fongecif Champagne-Ardenne apporte un premier niveau d’informations aux personnes qui s’interrogent sur leur avenir professionnel. Du fait des parcours professionnels des salariés de moins en moins linéaires, ce conseil s’inscrit dans une démarche individuelle, confidentielle et gratuite. Il constitue pour les salariés une porte d’entrée permettant, d’obtenir des réponses adaptées, avant même de s’engager dans des démarches (bilan de compétences, Validation des Acquis de l’Expérience, Congés Individuel de Formation…).
Ce service accessible à tous, permet aux salariés de bénéficier, en dehors de leur cadre de travail, d’un temps pour réfléchir sur leurs parcours professionnels. C’est alors l’occasion d’analyser leurs besoins et leurs attentes, de diagnostiquer leur situation actuelle, de les aider à élaborer et/ou consolider un projet professionnel.
Expérimentée sur les territoires de Charleville-Mézières et de Troyes depuis octobre 2011, cette offre est maintenant proposée sur Epernay, Reims et Chaumont.
Les différentes actions conduites autour de l’évolution professionnelle en direction du public salarié, axe prioritaire en 2012 et reconduit en 2013, ont permis de mettre en évidence le bien-fondé de ce nouveau service expérimenté sur certains territoires.
Source : AriforMAG, n° 34, novembre 2012
Le CEP en Bourgogne : « Redonner un avenir à sa carrière »
Accessible à tous les salariés bourguignons, ce service permet de bénéficier, en dehors du cadre de l'entreprise, d'entretiens confidentiels pour réfléchir à son parcours professionnel. Il s'inscrit dans le cadre du Plan pour les continuités professionnelles signé en mars 2012 par la Région, l'Etat et les partenaires sociaux.
Ce plan a été mis en place pour favoriser la mobilité, l'évolution professionnelle et sécuriser les parcours des salariés. Depuis le 2 avril 2012, il est possible de se rendre dans l'un des points relais conseils répartis dans les quatre départements pour profiter de cet accompagnement. « Au travers des entretiens conseils, le salarié bénéficie d'un temps pour réfléchir à son parcours, sans contrainte, en toute confidentialité et confiance, explique Stéphanie Hudeley, conseillère à la Maison de l'emploi et de la formation de Haute Côte-d'Or. L'idée est de donner les moyens aux salariés d'être acteurs de leur carrière et de leur choix d'évolution. »
Une réponse adaptée
Formation, reconversion, promotion, changement d'emploi, qualification, validation des acquis... Les conseillers en évolution professionnelle sont là pour aider et aiguiller le salarié. « Notre rôle est de l’éclairer sur le champ des possibilités, de construire ensemble une réponse adaptée à son projet et de le guider dans sa mise en oeuvre, afin qu'il ait toutes les clés pour pouvoir atteindre son objectif. »
Et pour être au fait des derniers dispositifs et outils créés, les conseillers en évolution professionnelle ont suivi plusieurs journées de formation à Dijon. A la Maison de l'emploi et de la formation de Haute Côte-d'Or, trois personnes assurent le conseil en évolution professionnelle sur un territoire très vaste. « Notre secteur s'étend de Montigny-sur-Aube au nord à Arnay-le-Duc au sud. Nous allons au plus près des salariés en organisant des permanences délocalisées, pour assurer l'égal accès de tous à ce service. »
Dans le contexte actuel de crise économique, il est souvent nécessaire d'évoluer pour sécuriser son avenir professionnel. « L'exigence de la mobilité dans l'emploi et l'évolution permanente des métiers conduisent un nombre croissant de salariés à s'interroger sur leur carrière. Le conseil en évolution professionnelle devient donc un enjeu majeur. »
La plaquette mode d'emploi du conseil en évolution professionnelle bourguignon :
http://www.region-bourgogne.fr/download.php?voir=0&document_id=10858
Télécharger le Supplément Point d'act Le Conseil en évolution professionnelle.

Posté par pcassuto à 01:55 - - Permalien [#]

Projet de cahier des charges du Conseil en évolution professionnelle

AccueilPar . Ce nouveau numéro hors-série du Point d'Actualité traite d’un aspect de la réforme de la formation professionnelle définitivement adoptée par la publication de la loi n° 2014-288 du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l'emploi et à la démocratie sociale. Télécharger le Supplément Point d'act Le Conseil en évolution professionnelle.
Projet de cahier des charges du Conseil en évolution professionnelle
PREAMBULE ET PROPOSITIONS D’ELEMENTS DE METHODE POUR LE DEPLOIEMENT DU CONSEIL EN EVOLUTION PROFESSIONNELLE

Le conseil en évolution professionnelle est un conseil permettant à chaque personne entrée ou souhaitant entrer dans la vie active, de contribuer à accroître ses aptitudes, compétences et qualifications professionnelles, en facilitant l’élaboration d’un projet professionnel, notamment dans le cadre d’une mobilité interne ou externe, et en lui permettant également d’exercer un droit d’initiative et itératif en matière de qualification professionnelle.
Le conseil en évolution professionnelle est délivré dans le cadre du service public régional de l’orientation. Tous les opérateurs qui mettront en oeuvre cette offre de service sont également membres du service public régional de l’orientation. Dans ce contexte, le cahier des charges du conseil en évolution professionnelle respecte la charte connue du SPRO. Les conditions de coordination entre les opérateurs du conseil en évolution professionnelle et les autres opérateurs du service public régional de l’orientation, pouvant le cas échéant donner lieu à des partenariats spécifiques aux territoires, relèvent de l’animation des régions au titre du service public régional de l’orientation.
Le conseil doit être assuré par des acteurs nationaux chargés de mission de conseil, d’accompagnement et de validation de projet pour les personnes engagées dans la vie active, sur une base légale : Les OPACIF, l’APEC, Pôle Emploi, les Missions locales, et les Cap Emploi.
En outre, le conseil peut également être assuré par d’autres acteurs répondant au cahier des charges du CEP, au moyen d’une accréditation en région. Le conseil ne peut être assuré par un organisme de formation, pour raison de conflits d’intérêts.
La délivrance du conseil en évolution professionnelle implique une posture neutre, et la capacité à proposer un regard externe sur la « faisabilité » du projet. La professionnalisation des conseillers est indispensable à la mise en oeuvre du conseil. Elle doit permettre de consolider et d’harmoniser les pratiques de conseil en évolution professionnelle et d’orientation au sein du SPRO, tout en assurant le renfort d’expertise attendu en matière d’ingénierie de parcours de formation.
A cet effet, trois leviers sont notamment mobilisés :
- Des actions de professionnalisation (formation, échanges de bonnes pratiques), des têtes de réseaux en charge de la mise en oeuvre du CEP.
- Une capitalisation et une mise à disposition de ressources et d’outils.
- La création d'un titre professionnel de « conseiller en évolution professionnelle » courant 2014 si l’opportunité en est confirmée.
Le pilotage du CEP devrait être assuré de manière conjointe par l’Etat, les Régions et les partenaires sociaux :
- au niveau national au sein du conseil national de l’emploi de la formation et de l’orientation professionnelle ;
- au niveau régional dans le cadre du comité régional de l’emploi, de l’orientation et de la formation professionnelle.
Le présent projet de cahier des charges présente successivement :
- les objectifs du conseil en évolution professionnelle ;
- la définition des principaux services attendus pour assurer l’information, l’accueil, le conseil et l’accompagnement des bénéficiaires dans la construction de leur projet ;
- les caractéristiques et la mise en oeuvre des services.
Il est mis en application par les cinq opérateurs désignés pour assurer le conseil en évolution professionnelle ainsi que le cas échéant par ceux accrédités a cet effet au plan régional.
1. LES OBJECTIFS DU CONSEIL EN EVOLUTION PROFESSIONNELLE
Le Conseil en évolution professionnelle est mis en oeuvre dans le cadre du service public de l'orientation prévu à l'article L. 6111-3.
Le conseil a pour objet d’offrir à toute personne qui le souhaite une écoute et un accès à une information de qualité et contextualisée qui permet :
- d'être informé sur son environnement professionnel et l'évolution des métiers sur le territoire ;
- de mieux connaître ses compétences, de les valoriser et d'identifier les compétences utiles à acquérir pour améliorer sa qualification et favoriser son évolution professionnelle ;
- d'identifier les emplois correspondant aux compétences qu'il a acquises ;
- d'être informé des différents dispositifs qu'il peut mobiliser pour réaliser un projet d'évolution professionnelle ;
- de disposer d’une information complète sur les possibilités de formation existante.
Chaque salarié est informé, notamment par son employeur, de la possibilité de recourir à cet accompagnement.
Chaque demandeur d’emploi en est également informé.
Ce Conseil en évolution professionnelle permet au bénéficiaire :
- d’élaborer une stratégie d’évolution lui permettant de construire le projet professionnel ;
- de vérifier la faisabilité de son projet ;
- de valoriser ou faire reconnaître son expérience ;
- de cerner le cas échéant les compétences ou qualifications à acquérir et développer et de construire un parcours de formation, de pouvoir contacter son conseiller en évolution professionnelle dans le cadre de ce parcours de formation.
Le conseil est accessible à toute personne entrée ou entrant dans la vie active, quel que soit son statut. Il doit permettre à chaque personne de contribuer à accroitre ses aptitudes, compétences ou qualifications professionnelles, en lui conférant la capacité d’assurer elle-même ses choix professionnels (informations individualisées, aide à la clarification de sa situation, de ses priorités, de ses objectifs, élaborer une ou des stratégies).
Le conseil favorise et facilite l’élaboration et la conduite d’un projet professionnel, notamment dans le cadre d’une mobilité interne ou externe à l’entreprise, ou dans le cadre d’un emploi public, de la recherche et l’accès à un emploi ou de la création - reprise d’une entreprise, que ce projet nécessite ou pas la mise en oeuvre d’une formation, mobilisant ou non le compte personnel de formation.
Ainsi, à l’initiative du salarié, le conseil délivré en dehors de l’entreprise, peut s’articuler avec l’entretien professionnel dans l’entreprise. Il permet au salarié comme au demandeur d’emploi de mieux identifier ses compétences, celles requises pour un poste/une fonction cible, ses compétences transférables, et le cas échéant de formuler un projet de formation.
Le conseil peut ainsi conduire à la mobilisation d’une action de formation, et le cas échéant, à la mobilisation du compte personnel de formation. Il assure alors le parcours de formation et son montage financier, et la notification des modalités d’accès à la formation.
Le conseil respecte la confidentialité, le principe de neutralité vis-à-vis de l’entreprise, et les choix du bénéficiaire.
Chaque salarié est informé, notamment au sein de l’entreprise par son employeur et les instances représentatives du personnel, de la possibilité de recourir à cet accompagnement.
Un continuum de service et les moyens de liaisons entre opérateurs du CEP sont assurés afin de permettre aux personnes en cas de changement de situation ou d’opérateur de bénéficier d’une continuité de conseils.
Le conseil est gratuit pour ses bénéficiaires et ne nécessite pas la mobilisation du compte personnel de formation.
2. SERVICES ATTENDUS DANS LE CADRE DU CONSEIL EN EVOLUTION PROFESSIONNELLE
Le Conseil en évolution professionnelle propose un accueil individualisé, une information de qualité et contextualisée, un conseil de premier niveau en orientation à tout public, ainsi qu’un conseil approfondi et l’accompagnement au projet et à la formation des publics qui relèvent de la responsabilité institutionnelle des acteurs qui en sont chargés.
Un état des lieux de ses atouts, capacités d’investissement personnel et d’adaptation est assuré au bénéficiaire.
Le conseil en évolution professionnel facilite la mobilisation pour les personnes connaissant des difficultés d’apprentissage, voire d’illettrisme, de programmes et parcours adaptés, afin de pouvoir accéder à un premier niveau de qualification.
Les personnes en situation d’inaptitude ou de handicap bénéficient de conseils et accompagnements permettant de faciliter leur maintien dans l’emploi, la transition vers un nouveau métier, ou le retour dans l'emploi, intégrant les besoins spécifiques liés à leur inaptitude ou handicap, notamment dans le cadre du parcours de formation souhaité.
2.1 Accueil, information, conseil de premier niveau
L’accueil et l’analyse de la demande permet d’identifier le service le mieux adapté au besoin (accueil dématérialisé par Internet, accueil immédiat en permanence avec pré-diagnostic, accueil téléphonique, entretien diagnostic physique ou téléphonique, …).
Cet accueil information est réalisé dans les conditions communes à l’ensemble des membres du SPRO. Le cas échéant, le conseiller indique le réseau mettant en oeuvre le conseil en évolution professionnelle à même de lui offrir le service le plus pertinent répondant à son besoin. Dans ce cas, le conseiller prend contact avec le réseau pressenti pour assurer la continuité de prise en charge.
Une information générale et/ou individualisée
Le conseil repose sur des informations fiables et adaptées à un usage grand public, actualisées et territorialisées :
- données socio-économique en termes de tendances ;
- diagnostics intéressant le territoire considéré (intégrant l’analyse des recrutements, les offres et études prospectives sur l’emploi, les travaux des observatoires des métiers et qualifications des différentes branches, ceux des observatoires des transitions professionnelles (OTP), études sur les mobilités professionnelles et géographiques, les études prospectives et relatives à la GPECT, les portraits territoriaux sur les données socioéconomiques, sur les questions des métiers, d’emploi et de formation des OREF ;
- l’information sur l’offre de formation (données régionales et base de données nationale).
Il permet de découvrir les services, prestations mobilisables (réunion d’information en présentiel, espace ressources documentaires, réunion d’information VAE, espace Info Bilan,…), acquérir une méthode d’analyse d’informations, intégrer ces informations dans la construction du projet. Ces phases d’information permettent de guider le bénéficiaire au travers d’outils d’informations (sites, documentations, évènementiels, partenaires etc.).
2.2 Conseil approfondi de second niveau et accompagnement
Le conseil et l’accompagnement mis en oeuvre dans le cadre du conseil en évolution professionnelle commence par un diagnostic partagé des besoins, et demande au conseiller de savoir :
- identifier en commun les objectifs avec le salarié et les voies pour y arriver ;
- soutenir la personne au cours de la réalisation de ses démarches de construction d’un projet professionnel et, le cas échéant, l'apprentissage et la capitalisation d'une méthodologie à la construction de projet ;
- le cas échéant, ajuster la stratégie en fonction de l’évolution du projet ;
- réguler, avec les partenaires, les aléas et éventuelles difficultés.
Le conseil et l’accompagnement mis en oeuvre dans le cadre du conseil en évolution professionnelle permettent au bénéficiaire de :
- mieux connaître ses motivations et ses compétences (issues des expériences professionnelles et personnelles), en particulier celles qui seraient transférables dans une perspective de mobilité ;
- d’acquérir une méthodologie de construction du projet professionnel, notamment en matière de recherche d’un contexte ou d’un environnement professionnel qui corresponde à ses aspirations ;
- de définir le projet professionnel et d’en apprécier la faisabilité au regard des opportunités identifiables d’insertion professionnelle ;
- d’être accompagné dans sa mise en oeuvre en mobilisant notamment des entretiens de conseil individuels physiques et/ou téléphoniques, des entretiens individuels VAE, des ateliers projet, un suivi dématérialisé, l’usage d’outils complémentaires ;
- d’identifier les besoins éventuels de formation.
L’exploration des emplois et activités possibles est soutenue par des ateliers projets qui facilitent le développement de l’autonomie, le questionnement, l’analyse, la recherche d’informations, le pouvoir.
Le marché de l’emploi concerné peut aussi bien être interne qu’externe aux entreprises des bénéficiaires concernés ou prendre en compte les opportunités d’accès à des emplois publics.
Les bénéficiaires ont, quelle que soit la profondeur du conseil délivré, besoin de se confronter au marché pour évaluer leur potentiel, identifier des opportunités d’emploi ou d’activité, de cerner les compétences clés requises pour un poste / une fonction cible, identifier leurs compétences transférables et ainsi de pouvoir se projeter dans une prochaine voire nouvelle activité professionnelle.
La formalisation du projet : chaque service rendu fait l’objet d’une restitution sous forme d’un livrable détaillant le cas échéant un plan d’actions. Le conseil propose également au bénéficiaire de s’approprier l’usage d’un e portfolio ou passeport orientation-formation qui l’aidera à formaliser l’historique de sa vie professionnelle.
2.3 La validation du projet de formation :
Dans le cas où la mobilisation d’une formation est souhaitée et identifiée comme utile pour réaliser le projet professionnel envisagé, le conseiller en évolution professionnelle détermine avec le bénéficiaire le parcours le plus adapté à sa situation, mobilise la validation des acquis de l’expérience chaque fois que possible en accord avec la personne, et propose les solutions d’ingénierie financière adaptées à la situation de la personne, qu’elles mobilisent le compte personnel de formation ou non.
Le conseiller procède avec la personne à l’analyse du besoin de formation au regard des caractéristiques du projet professionnel, et des capacités et aptitudes et potentialités d’apprentissage, comme des pré-requis de formation. Ils déterminent ensemble le programme de formation ou la certification à rechercher. A cet égard, le conseiller peut solliciter des organismes de formation la réalisation d’une évaluation pré-formative.
Accueil de projets autonomes
Le Conseil en évolution professionnelle permet la validation directe des projets bâtis de façon autonome par les personnes, sous réserve de leur compatibilité au regard des critères de prise en charge applicables.
Ingénierie financière du parcours de formation
Le conseiller recherche la ou les réponse(s) formation répondant au besoin exprimé et dans un délai d’accès raisonnable, en priorisant les actions programmées au plan collectif dès lors qu’elles répondent au besoin individuel.
Le conseiller s’assure de l’éligibilité de la formation au regard des critères de prise en charge applicables.
Le cas échéant, selon les conditions posées par les aides individuelles au financement de formation mobilisées, le conseiller assure une aide opérationnelle dans la recherche et la sélection de l’organisme de formation pouvant accueillir la personne.
Le projet de formation établit et identifie les objectifs qualifiants ou certifiant projetés, et précise le cas échéant après accord de l’employeur si la réalisation envisagée se déroule pendant le temps de travail. Pour les demandeurs d’emploi, le conseiller informe la personne de ses droits à rémunération et aides aux frais associés pour la ou les actions de formation identifiées.
Lorsque le compte personnel formation est mobilisé, le conseiller renseigne le SI du compte en précisant la nature de la formation validée, l’ingénierie financière mobilisée avec l’accord des financeurs concernés.
Le conseiller confirme au postulant l’accord de prise en charge et son inscription en formation.
3. LES CARACTERISTIQUES ET LA MISE EN OEUVRE DES SERVICES
Le service rendu dans le cadre du conseil en évolution professionnelle est personnalisé et adaptable en termes de :
- modalité de délivrance graduée : entretien ponctuel jusqu’à un accompagnement approfondi, en libre-service, en collectif, en face à face individuel, ou à distance ;
- contenu : différents outils, différentes méthodes, en fonction des préférences des personnes ou de situations, dont le conseil et la relation à distance.
L’accompagnement mobilise des prestations individuelles et collectives, et favorise, par une coconstruction du plan d’actions, l’émergence d’un projet professionnel réaliste. La personne définit le mode relationnel souhaité pour bénéficier du service (face à face, téléphone, webcam…). Le conseiller est disponible par mail et téléphone tout au long du parcours d’accompagnement. Les entretiens en présentiel sont individuels ou collectifs selon leur objet.
3.1. Les services à distance
Un service interactif à distance peut être organisé autour de programmes d’informations et de services progressifs, composés d’exercices adaptés à la situation singulière de chaque bénéficiaire, qui permettent à chacun de s’investir dans la mesure de sa disponibilité.
La modalité à distance peut être mise en oeuvre dans le cas de services 100% à distance ou bien comme alternative au présentiel.
Le service à distance du CEP peut comprendre :
- un module d’information mobilisant une plateforme téléphonique et facilitant une orientation tout public sur les différents acteurs et dispositifs d’orientation et d’accompagnement ;
- des pages internet dédiées sur les sites des opérateurs en charge, voire un portail commun dédié au CEP ;
- des services en libre accès permettent à la personne d’obtenir un premier niveau d’information ; et de disposer d’outils pour alimenter sa réflexion sur son évolution professionnelle (situation du marché de l’emploi sur le territoire ou sectoriel, consulter les fiches emploi/compétences/formations …) ou bénéficier d’un appui à la construction de projet pour permettre de maitriser une méthode, de posséder des connaissances, d’expérimenter, d’échanger (l’usage de modules projet actuellement développé permet ces apprentissages en s’appuyant sur les méthodes de e-learning).
3.2 Les prestations mobilisables dans le cadre de conseils en évolution professionnelle
Les conseillers en charge du CEP peuvent mobiliser des prestations en cours du processus d’appui à la définition de projets :
- notamment, un bilan de compétences peut être mobilisé. Le bilan, selon les termes du cahier des charges du financeur, donne lieu à une restitution en forme de synthèse transmise avec l’accord du bénéficiaire à l’opérateur qui assure le conseil en évolution professionnel ;
- prestation de positionnement et l’évaluation cognitive ;
- accompagnement VAE (contact avec l’organisme valideur, accompagnement à la construction du dossier de recevabilité et à la préparation à l’entretien avec le jury) ;
- Soutien personnalisé au projet de création ou reprise d’entreprise.
Ces prestations, mobilisées en fonction du besoin, sont définies et mobilisées auprès d’un tiers expert le réseau en charge du CEP. Elles sont financées dans les conditions habituelles. Ces prestations lieu avec l’accord du bénéficiaire à une restitution (synthèse) auprès de l’organisme chargé du conseil.
Philippe DOLE – Mission IGAS CEP – 08 décembre 2013
Accéder au projet de cahier des charges : http://docs.crefor-hn.fr/infodoc/CEP_Igas_projet-de-CdC-du-CEP_20131208.pdf.
Télécharger le Supplément Point d'act Le Conseil en évolution professionnelle.

Posté par pcassuto à 01:51 - - Permalien [#]

Le Groupe de concertation multipartite : expertise sur la mise en oeuvre du CFP et du CEP

AccueilPar . Ce nouveau numéro hors-série du Point d'Actualité traite d’un aspect de la réforme de la formation professionnelle définitivement adoptée par la publication de la loi n° 2014-288 du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l'emploi et à la démocratie sociale. Télécharger le Supplément Point d'act Le Conseil en évolution professionnelle.
Le Groupe de concertation multipartite : expertise sur la mise en oeuvre du CFP et du CEP
Conformément à la loi du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l'emploi, « une concertation est engagée avant le 1er juillet 2013 entre l’Etat, les régions et les organisations syndicales d’employeurs et de salariés représentatives au niveau national et interprofessionnel sur la mise en oeuvre du compte personnel de formation. »
Ainsi une concertation multipartite, ou quadripartite, est menée entre l'État, représenté par les ministères du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social et celui de l'Éducation nationale, les régions représentées par l'ARF (Association des régions de France) et les huit organisations syndicales et patronales interprofessionnelles représentatives au niveau national.
Une lettre de mission transmise mardi 23 juillet 2013 par Michel Sapin à Jean-Marie Marx, le directeur général de l'Apec, appelé à présider ce groupe multipartite, précise les attentes du ministre du Travail et cadre le champ d'action de ce groupe. Cette lettre de mission rappelle que ce groupe multipartite a été mis en place « parallèlement » à la préparation de la négociation interprofessionnelle sur la formation professionnelle qui s'ouvrait en septembre 2013.
L'objectif initial du groupe était de « compléter les conditions de mise en oeuvre et de financement [du CPF] qui concerne aussi des publics dont la formation ne relève pas exclusivement du champ de compétence des partenaires sociaux ». Ses travaux sont élargis à « la mise en oeuvre du Conseil en évolution professionnelle en lien avec la rénovation du SPO (service public de l'orientation) »
La lettre de mission : http://docs.crefor-hn.fr/infodoc/lettre-de-mission_jm-Marx_Groupe-multipartite_CPF-CEP.pdf.
Synthèse des débats
La Concertation quadripartite s’est réunie du 1er octobre au 19 décembre 2013, réunissant dans un exercice sans précédent de discussion en parallèle d’une négociation collective, l’Etat, les régions et les organisations syndicales et patronales représentatives au niveau national et interprofessionnel, afin de préciser les conditions de mise en oeuvre du Compte personnel de formation et du Conseil en évolution professionnelle. Un document de synthèse des débats du groupe de concertation multipartite a été publié le 20 décembre 2013 à l’issue des travaux de ce groupe. Cette synthèse aborde les six points suivant :
- Définition du périmètre du compte ;
- les modalités de déploiement du compte ;
- La mobilisation du compte par les jeunes sortis sans qualification reconnues du système scolaire ;
- La mise en oeuvre du CPF par les demandeurs d’emploi ;
- L’occasion donnée par la mise en oeuvre du CPF d’accompagner l’évolution de l’offre de formation et de certification ;
- Le Conseil en évolution professionnelle ;
- Une gouvernance quadripartite.
http://docs.crefor-hn.fr/infodoc/Concertation-quadripartite_Synthese-des-debats.pdf.
Le soutien de l’expertise de l’Igas
Le gouvernement charge l'Igas d'appuyer le groupe quadripartite sur la mise en oeuvre du compte personnel de formation et sur le Conseil en évolution professionnelle.
Michel Sapin, ministre en charge de la Formation professionnelle a confié le 9 septembre 2013 à l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) des missions d'évaluation sur la gestion et la traçabilité du compte personnel de formation pour les employeurs et financeurs et sur le Conseil en évolution professionnelle.
Il s'agit d'appuyer les travaux du groupe quadripartite (État, régions, organisations syndicales et patronales) qui portent sur ces sujets et qui visent à préparer le projet de loi sur la formation professionnelle, parallèlement à la négociation nationale interprofessionnelle.
La lettre de mission indique que l'Igas devait travailler sur la définition du cahier des charges du compte personnel de formation en termes par exemple de « gestion des droits » et « de principes d'alimentation et d'utilisation du système d'information » et était appelée à appuyer le groupe de concertation quadripartite.
La lettre de mission : http://docs.crefor-hn.fr/infodoc/lettre-de-mission_Igas_CPF-CEP.pdf.
Les rapports de l’Igas
L’environnement du Conseil en évolution professionnelle et les premiers questionnements (24 octobre 2013)
http://docs.crefor-hn.fr/infodoc/CEP_Igas_Environnement-du-CEP-et-premiers-questionnements.pdf
Le périmètre du Conseil en évolution professionnelle : les services attendus et premières hypothèses chiffrées (12 novembre 2013)
Au sommaire de la présentation
1. Le CEP : un processus de conseils et d’accompagnement personnalisé
2. Les finalités, principes et valeurs qui fondent le CEP
3. Les autres conditions exprimées par les membres de la concertation
4. Les objectifs et travaux à poursuivre à l’issue de la réunion du 30/10
5. Le CEP : un conseil et/ou un accompagnement personnalisé et différencié
6. Quel processus d’accompagnement ?
7. S’ informer, s’orienter, construire son projet
7bis. Construction du projet et fonctions du processus de conseil et d’accompagnement
8. Des sources d’informations aux usages à différencier
9. Système d’acteurs et centres ressources d’informations
10. Nombre de bénéficiaires annuels: hypothèses chiffrées
11. Quelques notions de couts
12. Conclusions provisoires et suite des travaux
http://docs.crefor-hn.fr/infodoc/CEP_Igas_Perimetre-du-CEP-services-attendus-et-premieres-hypotheses-chiffrees.ppt
Le système de gestion du compte personnel de formation : première formulation des besoins des utilisateurs (12 novembre 2013)
http://docs.crefor-hn.fr/infodoc/CPF_Igas_Systeme-de-gestion-du-CPF_premiere-formulation-des-besoins-des-utilisateurs.pdf
Le système de gestion du compte personnel de formation : esquisse de cahier des charges (26 novembre 2013)
http://docs.crefor-hn.fr/local/infodoc/CPF_Igas_Systeme-de-gestion-du-CPF_esquisse-de-cahier-des-charges.pdf
Les fiches thématiques préparatoires au futur cahier des charges du Conseil en évolution professionnelle (28 novembre 2013)
http://docs.crefor-hn.fr/infodoc/CEP_Igas_Fiches-thematiques-preparatoires-au-futur-cahier-des-charges-du-CEP.pdf
Projet de cahier des charges du Conseil en évolution professionnelle (8 décembre 2013)
http://docs.crefor-hn.fr/infodoc/CEP_Igas_projet-de-CdC-du-CEP_20131208.pdf.
Télécharger le Supplément Point d'act Le Conseil en évolution professionnelle.

Posté par pcassuto à 01:32 - - Permalien [#]
Tags : ,


Du bilan au conseil - Le Conseil en évolution professionnelle

AccueilPar . Ce nouveau numéro hors-série du Point d'Actualité traite d’un aspect de la réforme de la formation professionnelle définitivement adoptée par la publication de la loi n° 2014-288 du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l'emploi et à la démocratie sociale. Télécharger le Supplément Point d'act Le Conseil en évolution professionnelle.
Du bilan au conseil
En créant un Conseil en évolution professionnelle, les partenaires sociaux relèvent de nouveau les limites du bilan de compétences créé par la loi n° 91-1405 du 31 décembre 1991 relative à la formation professionnelle et à l’emploi. Tout au long des années 2000, les différents accords nationaux interprofessionnels relatifs à la formation ont tenté de pallier ces carences en proposant de nouveaux dispositifs d’information et de bilan mieux adapté à l’objectif de sécurisation des parcours.
L’accord national interprofessionnel du 20 septembre 2003 visait à « permettre à chaque salarié d’être acteur de son évolution professionnelle grâce aux entretiens professionnels dont il bénéficie ou aux actions de bilan de compétences ou de validation des acquis de l’expérience auxquelles il participe ».
Cet accord souhaite qu’un « passeport formation et les travaux de l’observatoire prospectif des métiers et des qualifications de sa branche professionnelle (permettent) à chaque salarié d’être en mesure d’élaborer et de mettre en oeuvre un projet professionnel(…)
La création d’un bilan d’étape professionnel a été demandée par les accords du 11 août 2008 relatif à la modernisation du marché du travail et du 14 novembre 2008 relatif à la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences. Les partenaires sociaux envisageaient un bilan nettement distinct de l’entretien annuel d’évaluation qui ne serait pas nécessairement réalisé dans l’entreprise.
L’article 12 de la loi du 24 novembre 2009 relative à l’orientation et à la formation professionnelle tout au long de la vie a défini ce bilan d’étape professionnel comme « un diagnostic réalisé en commun par le salarié et son employeur (devant) permettre au salarié d’évaluer ses capacités professionnelles et ses compétences et à son employeur de déterminer les objectifs de formation du salarié ». L’entretien est réservé aux salariés disposant de deux ans d’ancienneté et sa périodicité est fixée à cinq ans.
La loi en a renvoyé les conditions d’application à la négociation collective qui n’a pas abouti.
En complément du bilan d’étape professionnel, la loi du 24 novembre 2009 prévoit la création d’un « passeport orientationformation », « mis à disposition de toute personne » et qui serait notamment alimenté par les conclusions du bilan d’étape professionnel.
Ce dispositif n’a pas pu entrer en vigueur ; la loi renvoyant à un décret dont le projet a reçu en avril 2010 un avis négatif du Conseil d’État.
Il ne subsiste plus aujourd’hui du projet initial qu’un site internet, financé par les partenaires sociaux, présentant un modèle de document que chacun est libre d’imprimer pour y indiquer sa propre perception de son expérience et de ses compétences.[site internet : http://www.passeportformation.eu]
La loi du 24 novembre 2009 a créé un délégué à l’information et à l’orientation (DIO) chargé de mettre en place « un service dématérialisé gratuit et accessible à toute personne » permettant de « disposer d’une première information et d’un premier conseil personnalisé en matière d’orientation et de formation professionnelles » et « d’être orienté vers les structures susceptibles de lui fournir les informations et les conseils nécessaires à sa bonne orientation professionnelle ». [site internet www.orientation-pour-tous.fr]
Selon un rapport de l’IGAS, ce site n’a pas apporté de réelle valeur ajoutée et, surtout, n’a pas permis d’accroître la fréquentation1.
Selon la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l'emploi et à la démocratie sociale, le DIO perd la charge de la mise en place de ce service. Il semble donc appelé à disparaître. Télécharger le Supplément Point d'act Le Conseil en évolution professionnelle.

Posté par pcassuto à 01:21 - - Permalien [#]

Numéro hors-série du Point d'Actualité - Le Conseil en évolution professionnelle

AccueilPar . Ce nouveau numéro hors-série du Point d'Actualité traite d’un aspect de la réforme de la formation professionnelle définitivement adoptée par la publication de la loi n° 2014-288 du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l'emploi et à la démocratie sociale.
Parmi les évolutions dont la loi est porteuse, on trouve la création de nouveaux droits individuels pour les salariés qui intègre le compte personnel de formation (CPF) auquel est adjoint le Conseil en évolution professionnelle (CEP).
Ce hors-série porte donc plus particulièrement sur le Conseil en évolution professionnelle dont il précise les contours.
Il indique d’abord la genèse de cet élément de la loi et de son cheminement dans les textes. Il aborde ensuite la mise en œuvre du CEP par le groupe de concertation multipartite puis le projet de cahier des charges. Enfin une brève revue d’actualités est proposée. Télécharger le Supplément Point d'act Le Conseil en évolution professionnelle.
La genèse
La Grande conférence sociale de juillet 2012 avait inscrit, dans sa feuille de route, une négociation interprofessionnelle sur la sécurisation de l’emploi, pour apporter des solutions nouvelles à quatre grands défis du marché du travail : la lutte contre la précarité du travail, l’anticipation des mutations économiques, la recherche de solutions collectives pour sauvegarder l’emploi, la refonte des procédures de licenciement collectif.
L’accord national interprofessionnel conclu le 11 janvier 2013, à l’issue de cette négociation, répond à ces défis de façon globale.
La loi n° 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l'emploi traduit l’équilibre de l’accord du 11 janvier et les engagements des signataires.
Parmi les évolutions dont elle est porteuse, on trouve la création de nouveaux droits individuels pour les salariés qui intègre le compte personnel de formation (CPF) auquel est adjoint le Conseil en évolution professionnelle (CEP).
La loi n° 2014-288 du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l'emploi et à la démocratie sociale issue de l’Ani du 14 décembre 2013 en précise les contours.
Le Conseil en évolution professionnelle
Une section 3 intitulée « le conseil en évolution professionnelle » est créée.
« Art. L. 6111-6. – Toute personne peut bénéficier tout au long de sa vie professionnelle d’un conseil en évolution professionnelle, dont l’objectif est de favoriser l’évolution et la sécurisation de son parcours professionnel. Ce conseil gratuit est mis en oeuvre dans le cadre du service public régional de l’orientation mentionné à l’article L. 6111-3.
« Le conseil accompagne les projets d’évolution professionnelle, en lien avec les besoins économiques existants et prévisibles dans les territoires. Il facilite l’accès à la formation, en identifiant les qualifications et les formations répondant aux besoins exprimés et les financements disponibles, et il facilite le recours, le cas échéant, au compte personnel de formation.
« L’offre de service du conseil en évolution professionnelle est définie par un cahier des charges publié par voie d’arrêté du ministre chargé de la formation professionnelle. Cette offre prend notamment en compte l’émergence de nouvelles filières métiers dans le domaine de la transition écologique et énergétique. « Le conseil en évolution professionnelle est assuré par les institutions et organismes mentionnés au 1° bis de l’article L. 5311-4 [Cap emploi] et aux articles L. 5312-1 [Pôle emploi], L. 5314-1 [Missions locales] et L. 6333-3 [Opacif], par l’institution en charge de l’amélioration du fonctionnement du marché de l’emploi des cadres créée par l’accord national interprofessionnel du 12 juillet 2011 relatif à l’ association pour l’emploi des cadres [Apec], ainsi que par les opérateurs régionaux désignés par la région, après concertation au sein du bureau du comité régional de l’emploi, de l’orientation et de la formation professionnelles mentionné à l’article L. 6123-3. Télécharger le Supplément Point d'act Le Conseil en évolution professionnelle.

Posté par pcassuto à 01:15 - - Permalien [#]

Après l'apprentissage : un jeune sur trois en poursuite de formation

AccueilCe zoom spécifique de l'enquête Seine tente d'éclairer la succession de contrats d'apprentissage ou le passage en formation initiale.
35,9 % des apprentis sortis des CFA de Haute-Normandie en juin 2012 ont poursuivi leur formation, soit autant que les jeunes sortis en 2010. Cela concerne un jeune de niveau V sur deux.
Neuf reprises sur dix se font sous forme de contrat d'apprentissage et aux trois quarts dans un Groupe Formation Emploi similaire à celui du premier contrat d'apprentissage et à un niveau supérieur ou égal.
Fichier(s): 
application/pdf iconReperes_Seine_Poursuites_C4V1.pdf
Christèle REBILLON (CREFOR). . . Voir l'article...

Posté par pcassuto à 01:06 - - Permalien [#]

APEC : Publication d'un nouveau référentiel : Les métiers des Systèmes d'Information

L'Association Pour l'Emploi des Cadres vient de publier un référentiel des "Métiers des Systèmes d'Information" qui vient compléter le référentiel déjà paru des métiers de l'Informatique.
19 métiers exercés au sein des directions des systèmes d'information y sont décryptés sous forme de fiches, en termes de missions, compétences, formations, et profils recherchés par les entreprises.
Télécharger le référentiel. Voir l'article...

Posté par pcassuto à 00:25 - - Permalien [#]

Collectivités locales en chiffres : Rapport annuel 2014

La Direction Générale des collectivités locales vient de publier son rapport annuel 2014 qui fournit les informations statistiques essentielles relatives aux collectivités locales.
Les principaux chapitres sur les structures, les finances, les personnels des collectivités locales, qui donnent principalement des chiffres, fournissent également des définitions et des références.
Les chiffres clés des collectivités locales sont présentés en introduction.
D'après les données du rapport, les dépenses totales des régions en formation professionnelle et apprentissage ont atteint les 5,25 milliards d'euros en 2013.
Source : collectivites-locales.gouv.fr
Télécharger le rapport. Voir l'article...

Posté par pcassuto à 00:23 - - Permalien [#]