06 novembre 2012

Cleaning Up the Overseas Education Agencies

http://static2.businessinsider.com/image/4da4f6b1ccd1d5d8021d0000-100-100/stan-abrams.jpgBy Stan Abrams, China Hearsay. I’ve written before about some of the appalling practices of agencies that provide services to kids in China who wish to study abroad. With so many desperate students looking to get into the Ivy League, not to mention frantic parents in one-child families, hucksters, schemers and con artists are well represented in this industry. So what’s the best way to reform this sector? The latest approach doesn’t look right to me:
Foreign-owned agencies providing services for Chinese students hoping to study at universities overseas may soon be locked out of the Chinese market entirely as part of a government plan which will also strengthen supervision over domestic operators. (Global Times). More...

Posté par pcassuto à 18:05 - - Permalien [#]


Russia targets top spots in university league tables

By .http://www.rsc.org/chemistryworld/sites/all/themes/chemistryworld/images/cwlogo.jpg The Russian government has earmarked RUB9 billion (£178 million) to enable its leading national universities to break into the top 100 in the global league tables. In a recent decree, Vladimir Putin, Russia’s president, announced plans that would see at least five of the country’s universities enter the top 100 by 2020. According to Dmitry Medvedev, the country’s prime minister, at present only 15% of national universities could be considered world-leading. However, even these top national universities are uncompetive in the global arena, which is reflected by their absence in the world rankings. 
The list of universities which will receive financial aid from the state has not yet been determined. However, according to representatives of the Russian  Ministry of Education, a list is expected to be compiled not later than the second quarter of 2013. Ten to fifteen universities are expected to receive the additional money. These universities are expected to be chosen on the basis of several criteria, including academic results, citations and research activity. Meanwhile, education experts believe that implementing these plans may be extremely difficult. Alex Chaplygin, head of the National Rating of Russian Universities and one of Russia's leading higher education analysts, says there are at three leading global university league tables – The Times Higher Education, Shanghai and QS rankings – and it is unclear which of them will have the highest priority for Russian universities. More...

Posté par pcassuto à 18:01 - - Permalien [#]

Japanese officials steamed by education minister's rejection of new universities

http://www.japantimes.co.jp/images/header_title.gifAichi Prefecture and the city of Akita expressed their intention Monday to demand that education minister Makiko Tanaka retract her decision not to approve construction of new universities within their jurisdictions.
Aichi Gov. Hideaki Omura said in Nagoya that he will visit Tanaka to try to convince her to approve the opening of a women's university in Okazaki.
Tanaka announced last week she will not approve the establishment of three educational institutions in the coming academic year, including the women's university. Her decision overriding an advisory panel's approval "oversteps the discretionary power of a minister," Omura said. "The minister should retract her decision and apologize." More...

Posté par pcassuto à 17:58 - - Permalien [#]

Baromètre sur la mobilité des cadres

Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes)Un cadre supérieur sur cinq a bougé en 2012, d’après le baromètre MobiCadres publié par les cabinets Deloitte et Nomination. Les deux principales motivations avancées sont le développement professionnel et le contenu du poste.
La mobilité externe est montée à 46,6% contre 42,5% en 2011. Ce mouvement pourrait se poursuivre au cours des prochaines années, puisque plus de la moitié des décideurs envisagent de changer de poste à moyen terme.
Sont cités l’envie d’étendre leur champ de responsabilités (45%), le sentiment d’avoir atteint les limites du poste qu’ils occupent (34%), une perspective d’évolution de carrière plus importante (34%) et l’opportunité de découvrir un nouveau métier ou un nouveau secteur (28%).
Pour ces décideurs, situés en haut de la hiérarchie en termes de salaires et de responsabilités, les leviers relatifs à la reconnaissance comme la rémunération ou l’opportunité d’une promotion sont relégués au second plan.
Pour la mobilité interne, les cadres s’appuient essentiellement sur leur hiérarchie (65%). Ceux qui ont changé d’entreprise ont compté sur leur réseau personnel ou professionnel (47%) et 25% ont été contactés par un cabinet de chasse de têtes.
Consulter le baromètre.

Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes) A senior five moved in 2012, according to the barometer MobiCadres published by Deloitte and Appointment. The two main reasons are advanced professional development and job content.
This trend could continue in the coming years, as more than half of the makers are planning to change jobs in the medium term. Consult the barometer. More...

Posté par pcassuto à 17:19 - - Permalien [#]
Tags :

Guide de l'apprentissage en Auvergne

Guide apprentissage 2012L'édition 2012 du « Guide de l'apprentissage en Auvergne » est disponible. Elle réunit toutes les informations générales et concrètes sur le contrat d'apprentissage, les aides de la Région Auvergne et les coordonnées utiles et rassemble les métiers, les diplômes et les formations proposées dans le domaine de l'agriculture, de l'artisanat ou des services et de l'industrie, ainsi que les conditions d'accueil offertes par les établissements de formation de la région. Une mine d'informations à consulter.
Plus d'infos: consultez le « Guide de l'apprentissage en Auvergne. »
Jeunesse - Grande cause régionale
“La jeunesse n’a pas toujours raison, mais la société qui la méprise ou qui la frappe a toujours tort”
avait déclaré le Président de la République François Mitterrand. Aujourd’hui, les jeunes ne disposent pas de moyens suffisants pour leur épanouissement personnel et ils sont clairement les premières victimes de l’injustice sociale. La jeunesse ne doit pas être stigmatisée, la jeunesse n’est pas un problème, au contraire, elle représente la solution d’avenir aux problèmes de notre société.
17, 18, 19, 20 ans, les années s’égrènent et rien ne vient sinon la précarité. Or, de l’adolescence à l’âge adulte, ce qui doit être le plus beau moment de la vie, celui des expériences et des espérances, est devenu aujourd’hui pour de trop nombreux jeunes celui des désillusions. Rien ne doit être considéré comme une fatalité. La volonté est un carburant puissant, et c’est parce qu’il était plus que temps d’offrir à tous un nouvel horizon que la Région Auvergne a décidé en Mars 2010 de faire de l’avenir de la jeunesse sa “grande cause régionale”.
Cette promesse se traduit au quotidien par des dispositifs concrets, notamment dans le cadre de notre “Pack jeune adulte” régional. En 2012, la Région Auvergne investira aussi 44 millions d’€ dans l’apprentissage des jeunes!
Parce qu’il s’agit d’une voie de formation qui permet à la fois d’apprendre un métier, d’acquérir les techniques et les savoir-faire exigés par les entreprises, d’obtenir un diplôme tout en disposant d’un contrat de travail donc d’un salaire ; parce que l’apprentissage conduit à un taux d’insertion de plus de 70% dans les 7 mois suivant la sortie de formation, cette voie offre à chacun la possibilité de se réaliser et d’envisager son avenir avec sérénité.
Le guide que vous venez d’ouvrir vous propose des informations concrètes sur le contrat d’apprentissage, les aides du Conseil Régional d’Auvergne, les coordonnées utiles, les diplômes et les formations proposées depuis le CAP jusqu’à la Licence, dans des domaines aussi variés que l’agriculture, l’artisanat, les services ou encore l’industrie!
Je souhaite qu’il vous soit utile et vous permette de réaliser vos projets. René Souchon, Président de la Région Auvergne.
Consultez le « Guide de l'apprentissage en Auvergne. »

2012 Οδηγός εκμάθησης Το 2012 έκδοση του "Οδηγού για μάθηση Auvergne» είναι διαθέσιμα. Πληροί όλες τις γενικές και ειδικές πληροφορίες σχετικά με τη σύμβαση μαθητείας, οι ενισχύσεις στην περιοχή Auvergne και στοιχεία επικοινωνίας και να συγκεντρώσει συναλλαγές, τα διπλώματα και τα μαθήματα που προσφέρονται στον τομέα της γεωργίας χειροτεχνίας, ή υπηρεσίες και τη βιομηχανία, καθώς και τις συνθήκες υποδοχής που προσφέρονται από εκπαιδευτικά ιδρύματα της περιοχής. Ο πλούτος των πληροφοριών να αναφερθώ. Περισσότερα...

Posté par pcassuto à 00:52 - - Permalien [#]
Tags :


Horizon 2020 and Erasmus for All - Budget

EUA calls on Heads of State and Government to give high priority to Horizon 2020 and Erasmus for All Programmes in EU Budget negotiations for 2014-2020
EUA has this week (8 November) published a statement addressed to Heads of State and Government attending the forthcoming European Council meeting (22-23 November) that will focus on the EU’s next long-term budget for 2014-2020. The statement, issued on behalf of the EUA Board and Council, outlines why it is crucial that the proposed programmes for research (Horizon 2020) and education (Erasmus for All) are given high priority in the EU budget negotiations.
The statement explains that the EU’s “Europe 2020 Strategy goals of achieving smart and sustainable growth have to be built on enhancing research and development, human resources and skills to deliver the new products and services that Europe must offer to remain globally competitive.”
“Europe’s global regional competitors are not waiting. They are investing heavily in universities and the next generation of young people who will be the innovators of tomorrow. In Europe today we are at risk of marginalising ourselves and losing out in the competition through creating a ‘lost generation’ of young people as a result of under-investment in higher education and research,” it adds.
In particular, the statement sends three key messages to Heads of State and Government due to attend the Budget Summit. Firstly, it underlines that the frequently stated political rhetoric which places emphasis on the central role of education, research and innovation in Europe’s future competitiveness needs to be backed up by commitment and action by EU Member States.
Secondly, it stresses that increased investment in higher education and research to mobilise the potential and capacities of present and next generations of young people is the ‘sine qua non’ for Europe to exit the economic crisis and achieve future prosperity.
Finally, it asserts that EU-level investments are essential as a counter-balancing force when the economy is weak, and to act as catalysts for economic re-structuring and growth.
The statement reiterates EUA’s strong support for the European Commission and European Parliament proposals for an enlarged budget for Horizon 2020 and the Erasmus for All Programme. More than ever, for the very reason that economic recovery is not yet achieved, now is not the time to reduce investment in education, research and development. The full statement and signatories can be viewed here.

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]

05 novembre 2012

Le nouveau paysage des OPCA

26 - Le nouveau paysage des OPCA (novembre 2012)Ce nouveau numéro de la collection Eclairage est consacré au nouveau paysage des organismes collecteurs paritaires agréés (OPCA) qui sont chargés de collecter, mutualiser et redistribuer les obligations financières des entreprises en matière de formation professionnelle. Après un rappel de la mise en œuvre de la réforme de la formation professionnelle concrétisée par la loi du 24 novembre 2009, il en décrit d’abord la mesure phare: la recomposition du réseau des Opca dont le nombre est réduit à 20 au lieu de 67. Puis il aborde les nouvelles missions des Opca et les changements dans leur mode de gestion. Enfin après quelques contributions qui donnent une résonance haut-normande à cet Eclairage, des tableaux mettent un zoom sur chacun des nouveaux Opca. Télécharger Eclairage n° 26 - Le nouveau paysage des Opca.
1. Histoire d’Opca

L’origine des Opca remonte aux Fonds d’assurance formation (Faf) reconnus depuis la loi de 1971.
En 1971, pour la première fois, la collecte, la mutualisation et la gestion des contributions des employeurs est organisée par les Faf, créés par les partenaires sociaux.
En 1984, la mise en oeuvre de nouvelles mesures de formation (contrats d’insertion en alternance) et l’instauration du financement du Cif par les Opacif ont nécessité la création de nouveaux collecteurs: les Oma (Organismes mutualisateurs agréés) et les Opacif (Organismes mutualisateurs au titre du Cif).
En 1991, deux agréments sont ajoutés: l’OCA (Organismes collecteurs agréés) et l’Octa (Organisme collecteurs de la taxe agréés).
En vingt ans le paysage s’est incroyablement complexifié: 437 agréments ont été délivrés à 255 organismes intervenant dans la gestion des différentes contributions des entreprise (Faf, Opacif, OMA, OCA).
Ce nombre d’organismes agréés ne garantissait pas un dispositif de collecte optimum, la loi quinquennale du 20 décembre 1993 a programmé l’expiration des agréments au 31 décembre 1995, chargeant les partenaires sociaux de restructurer ce dispositif.
Le 5 juillet 1994, les partenaires sociaux ont conclu un avenant à l’Accord national interprofessionnel (Ani) du 3 juillet 1991 qui organise le resserrement de la collecte des fonds de la formation professionnelle continue. Cet Ani crée ainsi les Opca (Organismes paritaires collecteurs agréés).
Cette restructuration repose sur trois principes:
- création d’une filière verticale de collecte par branche professionnelle et d’une alternative horizontale et interprofessionnelle;
- séparation des activités de collecteur de fonds et de dispensateur de formation;
- non-cumul des agréments de façon à réaliser les collectes destinées au financement du congé individuel de formation, d’une part, et les collectes dues au titre des « plans de formation » et de « l’alternance », d’autre part.
En 1996, les quatre collectes sont réparties entre deux catégories d’organismes paritaires collecteurs: les Opca agréés en tant que Faf, OCA et OMA et les Opca agréés uniquement au titre du Cif ou Opacif.
A titre dérogatoire, certains Opca sont agréés au titre de toutes les collectes.
La réforme tout au long de la vie de 2004, initiée par les Ani du 20 septembre 2003 et du 5 décembre 2003, transposée ensuite dans le Code du travail par la loi du 4 mai 2004 a profondément transformé le paysage de la formation professionnelle continue:
- création du Droit individuel à la formation (Dif);
- création de l’allocation formation pour les formations réalisée en dehors du temps de travail;
- création du contrat de professionnalisation;
- mise en oeuvre des périodes de professionnalisation;
- suppression du capital temps formation et des contrats d’insertion en alternance;
- hausse des contributions des entreprises;
- nouvel agrément au titre des contrats ou périodes de professionnalisation.
Les collectes restent confiées à trois catégories d’organismes paritaires collecteurs.
Les Opca en 2012

La Loi n° 2009-1437 du 24 novembre 2009 relative à l'orientation et à la formation professionnelle tout
au long de la vie met à jour la définition des Opca. Elle est issue de la réforme de la formation professionnelle continue mise en chantier en 2008. Télécharger Eclairage n° 26 - Le nouveau paysage des Opca.
26 - Le nouveau paysage des OPCA (novembre 2012) This new edition of the collection is devoted to new lighting landscape collection agencies approved joint (OPCA), which are responsible for collecting, share and redistribute financial obligations of companies in the field of vocational training. After a review of the implementation of the reform of vocational education embodied in the Act of 24 November 2009, he first describes the key measure: the restructuring of the network Opca whose number is reduced to 20 instead of 67. Then he discusses the new missions Opca and changes in their management. Finally after a few contributions that give resonance to this high-Norman lighting, tables are zooming in on each new Opca. Download Lighting # 26 - The new landscape Opca.
1.
History Opca
The origin of Opca back to the insurance fund training (Faf) recognized since the 1971 Act.

In 1971, for the first time, the collection, management and sharing of employer contributions is organized by Faf created by the social partners.

In 1984, the implementation of new training measures (integration contracts alternately) and the establishment of funding by Jif OPACIF necessitated the creation of new collectors: the Oma (Chartered Mutual Institutions Organizations) and OPACIF ( Mutual Institutions under the Cif). More...

Posté par pcassuto à 23:43 - - Permalien [#]

Les nomenclatures emploi-formation

Relations entre nomenclaturesCliquez sur les libellés des nomenclatures pour afficher/masquer leurs définitions.
Cliquez sur les flèches pour télécharger les tables de passage entre les nomenclatures.
Libellés des nomenclatures
GFE, Groupes formation emploi
Les Groupes formation emploi (GFE), créés par des chercheurs du CEJEE/CEREQ (en 1990), sont construits à partir d'un triptyque d'apparence simple "diplôme/emploi/marché du travail" sur un critère de proximité des savoirs: savoirs reçus en formation, savoirs mis en oeuvre dans l'emploi, savoirs échangés sur le marché du travail. 20 niveaux, volontairement larges pour ne pas induire de tentation trop adéquationniste entre la formation et l'emploi et prendre en compte les mouvements entre spécialités.
PCS, Professions et catégories sociales
Utilisée pour le recensement, les mouvements de main-d'oeuvre, les DADS (Déclarations annuelles de données sociales)... 497 postes, niveaux 8, 24, 42. Créée pour le recensement de 1982, et modifiée en 2003, cette nomenclature nous décrit d'abord, comme une catégorie (ouvrier, employé, agent de maîtrise, cadre...), puis en fonction de notre profession. Exemple: un boucher de grande surface sera classé en employé 5 de commerce 55, « vendeur en alimentation » 554a. Source: INSEE.
ROME, Répertoire opérationnel des métiers et des emplois
Utilisé pour enregistrer les demandeurs d'emploi et les offres d'emploi: 466 postes, niveaux 22 et 61. Modifiée en 1993, et en cours de restructuration, cette nomenclature décrit d'abord, la catégorie professionnelle, puis le domaine professionnel, et enfin le métier. Exemple: un boucher de grande surface sera classé en métiers techniques 4, de type artisanal 47, dans l'alimentation 471: « préparateur de produits carnés » 47122. En vente à la Documentation Française. Source: ANPE.
NAF, Nomenclature d'activité française
Cette nomenclature, créée en 1993, modifiée en 2003 et révisée en 2008, permet de classer les établissements en fonction de leur activité principale (part de la valeur ajoutée). On en déduit le code APE. Exemple: grande surface: GG 51. Ne pas confondre: emploi de l’établissement, quel que soit le métier des personnes, et emploi des personnes. (voir tableau croisé métier x secteur). Source: INSEE.
NES, Nomenclature économique de synthèse
36 postes, niveaux 16, 114. Cette nomenclature, adoptée en 1994 par l'INSEE, est une double nomenclature nationale (d'activités économiques et de produits) agrégée, pertinente pour l'analyse économique. Source: INSEE.
Nomenclature ONISEP
L’ONISEP utilise pour répertorier l’ensemble des diplômes de l’enseignement technologique et professionnel, une nomenclature construite à partir de différents éléments: un code diplôme à 3 caractères (le premier étant le niveau de formation), le code NSF à 3 positions ainsi qu’un numéro d’ordre à 3 positions. Exemple: BP Boucher 450 221 002; 450: Brevet professionnel niveau IV; 221: NSF - Agro-alimentaire, alimentation, cuisine. Source: ONISEP.
NSF, Nomenclature des spécialités de formation
C’est la nomenclature de base, obligatoire pour toutes les formations depuis le décret du 21 juin 1994. Elle comporte 100 postes (avec des niveaux 4 et 17) pour les groupes de spécialités. Ces groupes peuvent être croisés avec des fonctions, ce qui permet théoriquement un niveau 700 (peu utilisé). Niveau 4: disciplinaire (formations générales, mathématiques, lettres, sciences humaines), technico-professionnel de la production, technico-professionnel des services, développement personnel. Exemple: la boucherie est classée en production (2), transformation (22) en agroalimentaire et alimentation cuisine, (221), fonction commercialisation w (221 w). Source: Centre INFFO.
Niveaux de formation
Les niveaux de formation ont été créés en relation avec les niveaux d’emploi (ouvriers non qualifiés, ouvriers qualifiés et employés, agents de maîtrise, cadres). Cette correspondance est aujourd’hui moins étroite et les niveaux correspondent d’abord à une durée d’étude: niveau V pour le CAP et le BEP, niveau IV pour le bac, niveau III pour bac plus deux, niveau II pour bac plus quatre, niveau I au-delà. Le niveau VI correspond à l’absence de qualification. Attention: les niveaux V et IV sont attribués à tous ceux qui s’engagent dans l’année d’étude correspondante (dernière année de CAP, BEP ou Bac), qu’ils obtiennent ou non le diplôme. Les niveaux III à I supposent d’avoir obtenu le diplôme. Nomenclature datant de 1969. Nouvelle grille de classification à 8 niveaux prévue fin 2006.
FAP, Familles professionnelles
Pour comparer l’emploi et le chômage: les familles professionnelles (FAP), créées en 1993 par la DARES et le CEREQ. 224 postes, niveaux 24 et 84. Consultable sur le site du ministère du tavail des relations sociales et de la solidarité. Attention aux interprétations trop adéquationnistes, aux niveaux les plus détaillés!
BMO, Besoins en main d'oeuvre
La nomenclature BMO correspond aux métiers listés dans l'enquête Besoins en main d'oeuvre (BMO), une initiative de l'Unédic, réalisée avec l'ensemble des Institutions de l'Assurance chômage et le concours du Crédoc.
L'enquête mesure les intentions de recrutement des employeurs pour l'année à venir, qu'il s'agisse de créations de postes ou de remplacements. Source: UNEDIC.
Οι σχέσεις μεταξύ των ταξινομήσεων Κάντε κλικ εκφράζονται ταξινομήσεις να εμφανίσετε / αποκρύψετε τους ορισμούς τους.
Κάντε κλικ στο βέλος για να κατεβάσετε τους πίνακες μεταξύ των ταξινομήσεων.

Ετικέτες ταξινομήσεις
GFE, Ομάδες εργασίας Εκπαίδευση
Ομάδες της επαγγελματικής κατάρτισης (GFE), που δημιουργήθηκε από τους ερευνητές CEJEE/CEREQ (1990), είναι κατασκευασμένα από ένα φαινομενικά απλό τρίπτυχο "αγορά δίπλωμα/απασχόλησης/εργασίας» στο κριτήριο εγγύτητας της γνώσης: έλαβε γνώση στην εκπαίδευση, τη γνώση εφαρμόζονται στον τομέα της απασχόλησης, η γνώση ανταλλάσσονται στην αγορά εργασίας. 20 επίπεδα, σκόπιμα ευρύ έτσι ώστε να μην προκληθεί πάρα πολύ adéquationniste πειρασμός μεταξύ της κατάρτισης και της απασχόλησης και να λάβει υπόψη τις αλλαγές μεταξύ των ειδικοτήτων. Περισσότερα...

Posté par pcassuto à 23:07 - - Permalien [#]

La formation dans le rapport Gallois - doubler l'alternance, développer la VAE, négocier un compte individuel de formation

Louis Gallois, commissaire général à l’Investissement, a remis son rapport "Pacte pour la compétitivité de l'industrie française" au Premier ministre, lundi 5 novembre 2012 à l'Hôtel de Matignon. Télécharger le rapport Louis Gallois: Pacte pour la compétitivité de l'industrie française.
1. Une formation répondant aux besoins de l’industrie

La régression de la France dans les classements PISA est, à l’évidence, un sujet de préoccupation. Nous ne traiterons pas ici de ce sujet majeur mais nous voulons souligner que l’Éducation est à la base de la compétitivité d’un pays. Elle mérite une priorité absolue. Nous nous concentrerons ici sur l’impact de l’appareil et des politiques de formation sur l’industrie. Avec une remarque préliminaire: l’enseignement technique et professionnel ne bénéficie toujours pas, en France, de la priorité qu’il mérite même si les Régions ont fait un effort considérable d’investissement dans les lycées. Les moyens alloués sont encore insuffisants et l’image de cet enseignement, au moment de l’orientation des jeunes, n’est pas valorisée. Cela impacte directement l’attractivité et l’emploi industriels. La différence avec l’Allemagne est ici « massive »: elle explique, sans aucun doute, une part significative de l’écart de compétitivité entre les deux pays.
a. La formation initiale: rapprocher le système éducatif et les entreprises

De nombreux industriels se plaignent de ne pas trouver les personnels dont ils ont besoin, en dépit d’un chômage élevé. Cela résulte pour partie – nous l’avons déjà noté – d’une inadéquation persistante entre l’offre de l’Éducation Nationale et les besoins des entreprises.
Le Service Public de l’Orientation oriente trop souvent en fonction des places disponibles et pas assez en fonction des besoins. La loi du 24 novembre 2009 a créé un droit pour toute personne à être « conseillée, informée, accompagnée en matière d’orientation professionnelle ». Ce droit doit être effectif. Le dialogue entre le dispositif d’enseignement et l’industrie est lui-même très insuffisant. Cependant, les mentalités évoluent des deux côtés; cela doit permettre de renforcer ce dialogue, de manière efficace.
Nous proposons que les entreprises soient associées à la gouvernance de l’enseignement technique et professionnel au niveau des établissements (Conseil d’administration), des Régions (établissement des cartes de formation) et au niveau national. Les accords-cadres de partenariat entre l’Éducation Nationale et les fédérations professionnelles devraient être vigoureusement encouragés. Il conviendrait de multiplier des initiatives analogues dans les Universités. Les grandes écoles tirent en effet une partie de leur force de la proximité avec les entreprises. Les visites et les stages d’enseignants et d’élèves à tous niveaux actuellement trop peu fréquents, permettraient une meilleure connaissance de l’entreprise et de son rôle dans la société. Leur nombre doit être sensiblement accru.
14e proposition: systématiser la présence des entreprises dans la gouvernance de l’enseignement technique et professionnel au niveau des établissements (Conseils d’administration), des Régions (établissement des cartes de formation) et au niveau national.
Parallèlement, il appartiendra aux entreprises de développer leurs actions d’apprentissage et de professionnalisation, les deux participants de l’alternance: nous proposons un objectif de doublement du nombre des formations en alternance sur le quinquennat. Cela relève à la fois de l’initiative des entreprises – elle doit être encouragée et contractualisée – et du rôle des organismes collecteurs de la taxe d’apprentissage. Des progrès significatifs ont été réalisés dans ce sens, ils concernent en particulier l’enseignement supérieur (un quart des formations en apprentissage - 26,1% des apprentis en 2011 - Éducation nationale, Repères et références statistiques 2012). Il conviendrait maintenant de faire de l’apprentissage une voie attractive pouvant être choisie à tous les niveaux de formation. Cela suppose, d’une part, que l’on prenne des mesures pour faciliter la recherche par les jeunes candidats d’une entreprise d’accueil et, d’autre part, qu’on aborde les problèmes cruciaux du transport et du logement des apprentis. Enfin, les expériences particulièrement riches de structures associant formation initiale et formation continue devraient être multipliées dans les lycées professionnels et techniques comme dans les Universités. Les Investissements d’Avenir pourraient d’ailleurs renforcer leur soutien à ce type d’opération.
15e proposition: doubler le nombre de formations en alternance sur la durée du quinquennat.
b. La formation continue : développer les formations qualifiantes et diplômantes

Comme pour la formation initiale, il ne s’agit pas ici de traiter dans sa globalité la question extrêmement complexe de la formation continue, qui engage, chaque année, plus de 30 milliards d’euros. La dernière évaluation de la dépense globale de formation professionnelle, établie pour l’année 2009, fixait un montant de 31,3 Mds € (cf. DARES Analyses n° 82, novembre 2011 et G. Larcher, La formation professionnelle : clef pour l’emploi et la compétitivité, avril 2012). Une évaluation de l’adéquation de cet effort massif aux objectifs qu’il se fixe nous paraît nécessaire. L’importance du sujet, notamment au regard des problèmes d’emploi, justifie un débat national large. Nous n’examinerons ici que les réorientations éventuelles liées à l’objet de ce rapport.
Deux évolutions paraissent nécessaires.

La première concerne le développement de formations qualifiantes et diplômantes, ou celles donnant lieu à des validations des acquis de l’expérience (VAE) reconnues hors de l’entreprise. L’objectif est d’éviter que la carrière des salariés ne se joue, en fait, qu’au moment de la formation initiale. Il s’agit ici d’accroître le potentiel des salariés, leur employabilité et leur capacité à gérer des mobilités choisies ou liées aux évolutions ou aux difficultés des entreprises où ils travaillent. Cela suppose que l’on aille à contre-courant d’une évolution historique vers le raccourcissement des périodes de formation, celle-ci étant de plus en plus focalisées sur l’adaptation des salariés à leur poste de travail et de moins en moins sur le développement de leurs capacités. Il devrait être demandé aux partenaires sociaux de négocier un compte individuel de formation, « crédité » soit au début de la vie active, soit chaque année, et attaché non au statut, mais à la personne. Le congé individuel de formation et le droit individuel à la formation seraient alors fusionnés. L’objectif, pour tout salarié, d’une progression d’au moins un niveau de qualification au cours de sa vie active a été reconnu (Article L 6111-1 du code du travail); il convient maintenant de « passer à l’acte ».
16e proposition: demander aux partenaires sociaux de négocier les modalités de mise en oeuvre d’un compte individuel de formation, « crédité » soit au début de la vie active, soit chaque année, et attaché non au statut, mais à la personne.
La seconde orientation concerne le renforcement de l’effort de formation vers les salariés les moins qualifiés pour accroître leur capacité d’évoluer dans et hors de l’entreprise. Ils travaillent souvent dans des PME où la formation continue est difficile à mettre enoeuvre. Les Régions, dans leurs compétences de développement économique et de formation professionnelle et en s’appuyant sur les partenaires sociaux, pourraient jouer un rôle plus actif pour faciliter et organiser ces formations en relation avec les organismes collecteurs.
Nous ne voudrions pas clore ces développements sur la formation sans évoquer la culture scientifique et technique. La formation initiale des jeunes doit, plus qu’elle ne le fait actuellement, les conduire à s’orienter vers les métiers de l’industrie. Nous avons vu que les formations techniques ont une image peu valorisée dans le secondaire. Les grands enjeux de la science sont insuffisamment explicités. La curiosité technique s’estompe. Plus grave encore, la notion même de progrès technique est trop souvent remise en cause à travers une interprétation extensive – sinon abusive – du principe de précaution et une description unilatérale des risques du progrès, et non plus de ses potentialités. Le principe de précaution doit servir à la prévention ou à la réduction des risques, non à paralyser la recherche; il doit, au contraire, la stimuler. Fuir le progrès technique parce qu’il présente des risques nous expose à un bien plus grand risque: celui du déclin, par rapport à des sociétés émergentes qui font avec dynamisme le choix du progrès technique et scientifique, tout en n’étant pas plus aveugles que nous sur les nécessaires précautions.
Retrouver le goût et l’optimisme de la science et de la technique est une responsabilité majeure que partagent tous les acteurs de la société: responsables politiques, médias, corps intermédiaires, entreprises, enseignants. L’État doit, quant à lui, impulser le mouvement et fédérer les initiatives. pp. 37-39 du Rapport.
Télécharger le rapport Louis Gallois: Pacte pour la compétitivité de l'industrie française.

Louis Gallois, Commissioner General of Investment, issued its report "pact for competitiveness of French industry" the Prime Minister, Monday, November 5, 2012 at the Hotel Matignon. Download the Gallois' report: Pact for Competitiveness French industry.
1.
Training that meets the needs of industry
Regression of France in the PISA rankings is obviously a concern.
We will not deal here with this major issue, but we want to emphasize that education is the foundation of a country's competitiveness. She deserves a high priority. We focus here on the impact of the aircraft and training policies on the industry. Two developments appear necessary.
The first concerns the development of training qualifications and diplomas, or those leading to validation of prior learning (APL) recognized outside the company
. More...

Posté par pcassuto à 22:29 - - Permalien [#]
Tags :

L’ESS commence à franchir le mur d’indifférence des grand médias

http://alternatives-economiques.fr/blogs/abherve/files/abherve.jpgSur le blog de Michel Abhervé pour Alternatives économiques.Alors que les enseignements des deux précédents mois de l’ESS, 2010 et 2011, qui étaient pourtant l’un et l’autre des réussites, mentionnaient la difficulté à franchir la barrière des grands médias, et en particulier du fameux journal de 20 heures sur les grandes chaines de télévision, il nous faut nous féliciter d’un début de mois 2012 pleinement convaincant sur ce point.
En effet, ce vendredi 2 novembre, pratiquement au même moment, TF1 et France 2 ont consacré une partie de leur journal emblématique à l’ESS. Suite de l'article...
Voir sur le blog la rubrique ESS.
http://alternatives-economiques.fr/blogs/abherve/files/abherve.jpg Το blog του Michael Abhervé για οικονομικές εναλλακτικές λύσεις. Ενώ οι διδασκαλίες των προηγούμενων δύο μηνών από την ΕΣΑ, 2010 και 2011, τα οποία ήταν, όμως, τόσο οι επιτυχίες, αναφέρθηκε στην δυσκολία να διασχίσει το φράγμα του mainstream μέσα ενημέρωσης, και ιδίως το περίφημο ημερολόγιο των 20 ωρών για μεγάλα τηλεοπτικά κανάλια, πρέπει να συγχαρούμε την αρχή του 2012 ένα μήνα πλήρως πειστική σε αυτό το σημείο. Περισσότερα...

Posté par pcassuto à 22:02 - - Permalien [#]